Retraites : "Le gouvernement n'a pas la légitimité pour faire la réforme" affirme Clémentine Autain

Clémentine Autain, députée LFI de Seine-Saint-Denis, était “L’invitée politique” sur Sud Radio.

Clémentine Autain retraites
Clémentine Autain, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 17 janvier, dans “L’invité politique”.

Bataille contre la réforme des retraites, avenir de la gauche, crise chez LFI : Clémentine Autain a répondu aux questions de Patrick Roger.

Retraites : "Un gouvernement est-il légitime à légiférer contre l'avis ultra-majoritaire du peuple ?"

"80% des Français sont totalement opposés à l'idée de travailler plus longtemps" affirme Clémentine Autain. "Est-ce qu'un gouvernement est légitime à légiférer contre l'avis ultra-majoritaire du peuple ?", interroge la députée LFI. Elle refuse l'idée qu'un politique doit parfois prendre des décisions impopulaires. "C'est quelque chose qui s'est installé pour imposer notamment des politique néo-libérales, qui creusent les inégalités. Avec cette logique on sait que ce sera forcément impopulaire. Quand on gouverne, on doit le faire pour le peuple", estime-t-elle.

Emmanuel Macron a été élu après avoir annoncé la réforme des retraites pendant sa campagne. "Le moteur du vote pour Emmanuel Macron au second tour a d'abord été le rejet de Marine Le Pen", estime Clémentine Autain. "La NUPES est arrivée en tête des voix en France comme l'a écrit le Monde". Pour la députée, "le bloc du gouvernement, celui de Renaissance, n'a pas la légitimité pour faire cette réforme. Il bricole au parlement en allant chercher le soutien de LR". "Ce gouvernement et Emmanuel Macron ne sont pas légitimes à avancer en force. Ils ont pris un biais très technique, l'article 47-2 de la Constitution. Il permet un débat sur simplement 50 jours et de légiférer à la fin par Ordonnance". Elle dénonce "la brutalité avec laquelle agit ce gouvernement".

Clémentine Autain : "La rue est le levier pour faire reculer le gouvernement"

La bataille des retraites se jouera-t-elle dans la rue ou à l'Assemblée nationale ? Pour Clémentine Autain, "dans la rue se joue beaucoup, parce que c'est le levier pour faire reculer le gouvernement. Seul le nombre, s'il y a une mobilisation d'ampleur inédite, peut permettre de faire reculer ce gouvernement. On l'a vu dans l'histoire, chaque fois qu'un gouvernement a été contraint de retirer un projet, c'est parce qu'il y avait des manifestations monstres, des grèves importantes, une capacité à bloquer l'économie et rendre la situation intenable pour le gouvernement".

Clémentine Autain souhaite "une mobilisation la plus importante". "Jeudi est un premier objectif, ensuite il faut monter en puissance". Elle reconnaît que "ce n'est pas évident de perdre un jour de salaire pour faire grève, surtout quand on pense que le gouvernement sera inflexible". Elle appelle toutefois à "la responsabilité de chacune et chacun. C'est de ça que dépendra le fait que nous travaillerons deux années en plus". La députée confirme que LFI "essaiera de faire durer le travail parlementaire" avec les amendements, "le temps que la mobilisation puisse s'organiser".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !