single.php

Retraites : "La loi entrera en vigueur à partir du 1er septembre 2023" assure Olivier Dussopt

Par Aurélie Giraud

Olivier Dussopt, ministre du Travail, du plein emploi et de l'insertion, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Olivier Dussopt retraites
Olivier Dussopt, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 21 mars, dans “L’invité politique”.

Réforme des retraites adoptée, motion de censure rejetée de justesse, quelle attitude face à la contestation : Olivier Dussopt a répondu aux questions de Patrick Roger.

Retraites : "La loi entrera en vigueur à partir du 1er septembre 2023"

Olivier Dussopt est-il soulagé au lendemain du rejet des motions de censure ? "Le texte a suivi un cheminement démocratique" rappelle le ministre. "La loi sur la réforme est considérée comme adoptée depuis hier". "Avec plusieurs mois de concertation avec les partenaires sociaux, qui n'ont pas permis de lever tous les désaccords. Avec des concertations politiques, un débat à l'Assemblée nationale paralysé par l'obstruction organisée par la gauche. Puis un texte adopté intégralement par le Sénat à deux reprises, avec des ajustements. Le texte a ensuite été vu en commission mixte paritaire et à la fin à nouveau adopté par le Sénat et considéré comme adopté par le rejet de la motion de censure".

"Les oppositions feront certainement un recours auprès du Conseil constitutionnel mais la Première ministre a annoncé qu'elle le saisissait elle-même pour que les vérifications classiques soient faites". Il estime que "pour l'essentiel, il n'y a pas de grand sujet". "Une fois qu'il se sera prononcé, la loi entrera en vigueur à partir du 1er septembre 2023. Il y aura donc un premier décalage de l'âge de départ de 3 mois. Et toutes les autres mesures entreront en oeuvre progressivement". Olivier Dussopt est confiant, la loi sera bien promulguée. "C'est ce que le président de la République a dit et il s'exprimera demain".

Olivier Dussopt : "La Première ministre est au travail. Elle est solide et je la soutiens"

Le ministre tient à souligne que "le gouvernement porte le texte mais ce n'est plus tout à fait le même texte. Il a intégré les demandes de beaucoup de partenaires sociaux et de parlementaires". Pour lui, il s'agit d'un "texte de compromis". Y aura-t-il des ajustements, notamment en raison de la pression de la rue ? "Le texte tel que voté est voté par le parlement. Indépendamment de l'avis du Conseil constitutionnel, seule une nouvelle loi peut modifier sa composition". "D'ici l'été nous présenterons un projet de loi sur l'emploi, avec des mesures qui ne relèvent pas de la réforme des retraites. Notamment sur l'emploi des seniors et les conditions de travail".

Le gouvernement n'a été sauvé qu'à 9 voix près. Le gouvernement et Elisabeth Borne ont-ils toute légitimité pour rester en place ? Olivier Dussopt assure "ne pas avoir le sentiment" d'être en sursis. Il rappelle qu'il y a "déjà eu des exemples dans le passé de motions de censure avec une coalition de tous les autres. La création de la CSG est passée par 49-3 avec 4 voix d'écart. Il y a eu des motions de censure plus serrées. Ça fait partie de notre système institutionnel. Le résultat permet de maintenir la confiance du parlement au gouvernement". Sur un éventuel remaniement, "c'est le président de la République qui décide de tout ça. La Première ministre est au travail. Elle est solide et je la soutiens".

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/