Retraites : Gilles Le Gendre "ne dit pas que cette réforme est juste, mais elle est nécessaire"

Gilles Le Gendre, député Renaissance de Paris, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Gilles Le Gendre retraites
Gilles Le Gendre, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 20 janvier, dans “L’invité politique”.

Retraites : quelles réponses de la majorité face à la forte mobilisation contre la réforme ? Gilles Le Gendre a répondu aux questions de Patrick Roger.

Retraites - Gilles Le Gendre : "Je ne dis pas que cette réforme est juste, mais elle est nécessaire"

Les manifestations contre la réforme des retraites a réuni 2 millions de manifestants selon la CGT et 1,12 million selon la police. Par ailleurs, certains députés au sein du groupe Renaissance ne voteront pas la réforme en l'état. "Ils ne sont pas beaucoup sur une majorité complète qui soutient le projet", souligne Gilles Le Gendre. "C'est normal dans un débat démocratique et parlementaire que les députés puissent émettre des propositions". Faut-il demander au gouvernement d'écouter plus la rue et la majorité ? "Je n'ai pas besoin de lui dire car c'est déjà le cas !", assure le député.

"On est éminemment conscients du message envoyé. Et du fait qu'on n'a pas encore réussi à convaincre de la pertinence de cette réforme. Je ne dis pas que cette réforme est juste, mais elle est nécessaire", affirme Gilles Le Gendre. "Elle ne peut pas être perçue comme juste dès lors que nous demandons des efforts à tout le monde. Mais quand le dispositif des retraites sera adopté, il sera plus juste qu'avant. Nous corrigeons un certain nombre d'injustices flagrantes dans le système actuel. Et nous assumons la mesure d'effort liée à l'augmentation de l'âge de départ à la retraite".

 

"Nous devons ouvrir rapidement un chantier sur le travail en France"

Pour Gilles Le Gendre, "le seul sujet des retraites n'est pas au cœur de ce mouvement social de très grande ampleur". Le député Renaissance est convaincu qu'il dit autre chose : "un refus, peut être une révolte, une colère sur la manière dont nous, Français, sommes gouvernés. L'abstention en politique et l'ampleur de la manifestation sont les 2 faces d'une même monnaie : la crise démocratique qui couve depuis des années. Que nous n'avons pas réussi à apaiser en dépit d'un engagement total du président de la République et de la majorité".

Par ailleurs, Gilles Le Gendre estime que "si les Français sont opposés à l'idée de travailler 2 ans de plus, il y a une aspiration plus large à une autre manière de travailler. Nous devons très rapidement apporter des réponses". "Nous devons remettre la démocratie française sur de bons rails. Par des évolutions institutionnelles, une transformation radicale des services publics et de la manière dont nous travaillons". "Ce sera difficile de le faire dans le cours de la réforme, mais nous devons ouvrir rapidement un chantier sur le travail en France. Nous marquerons encore des points vers le plein emploi, mais il faut apporter une donnée qualitative à l'emploi".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !