single.php

Motions de censure : "Il n'y a pas de majorité alternative" assure Franck Riester

Par Aurélie Giraud

Jour J pour le gouvernement face au vote des motions de censure contre la réforme des retraites. Franck Riester, ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Franck Riester motions de censure
Franck Riester, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 20 mars, dans “L’invité politique”.

Motions de censure, position d'arbitre des LR, pourquoi aller au bout de cette réforme des retraites ? Franck Riester a répondu aux questions de Patrick Roger.

Motions de censure : "Il n'y a pas de majorité alternative. C'est l'opposition des contraires"

Deux motions de censure seront votées lundi 20 mars après-midi : une déposée par le RN et une motion dite transpartisane déposée par le groupe LIOT. Le gouvernement pourrait-il être renversé ? Il faudrait une trentaine de voix des LR, soit la moitié de leurs députés qui votent cette motion. Aurélien Pradié devrait la voter. "Le gouvernement a fait face à une quinzaine de motions de censure depuis le début du quinquennat", rappelle Franck Riester. Car pour lui, "il n'y a pas de majorité alternative. C'est l'opposition des contraires, le rassemblement des contraires. Nous verrons le résultat". "Nous avons annoncé par la voix du 49-3 qu'il y aurait un vote, il est ce soir. Pour savoir si oui ou non on va au bout du processus de cette réforme des retraites".

"Étant donné l'importance de cette réforme et l'incertitude pour un vote jeudi à l'Assemblée nationale, la Première ministre a engagé sa responsabilité". Les LR se retrouvent dans une position d'arbitre. "On a eu pendant tout le processus de discussion parlementaire de très bons échanges avec les dirigeants LR, au Sénat comme à l'Assemblée nationale. Pour améliorer le texte, nous avons tenu compte de leur avis avant même la présentation du texte. On a tenu compte de ce que nous disaient les LR pour essayer d'avoir une majorité. Pour autant, un certain nombre de députés ont dit qu'ils voteraient contre ou s'abstiendraient, d'où la décision de jeudi".

"Nous continuerons à travailler avec une méthode pour trouver des majorités plus larges"

La motion de censure n'est pas forcément contre le recul de 2 ans mais plutôt contre la méthode. Franck Riester souligne qu'il y a eu "175 heures de débat entre l'Assemblée nationale et le Sénat, un vote du texte au Sénat et un compromis au sein de la commission mixte paritaire. Les députés sont appelés à se prononcer non pas sur le texte du gouvernement mais du Parlement !", se défend-il. Il estime que la méthode du gouvernement est celle de "la discussion, de l'ouverture, de la prise en compte des opinions, des organisations syndicales et d'un certain nombre de forces politiques pour amender le texte, le transformer et en faire un texte issu du Parlement".

Y a-t-il eu des pressions du gouvernement sur des députés LR et inversement ? "Pas du tout !", assure Franck Riester. "Nous avons écouté pour que le texte puisse être voté. Nous avons eu des échanges pour savoir quel était le vote des LR mais l'état d'esprit était constructif". Selon le ministre délégué, "les dirigeants avec lesquels nous avons échangé et beaucoup de députés et sénateurs LR sont responsables. Malheureusement un certain nombre de députés, par manque de courage ou par calcul personnel pour faire de la notoriété, ne se sont pas associés à la majorité des députés LR pour voter le texte". Sera-t-il possible par la suite de travailler avec LR ? Rachida Dati a appelé à un accord de gouvernement entre Emmanuel Macron et LR. "Nous continuerons à travailler avec une méthode pour trouver des majorités plus larges qui soutiennent le président de la République".

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

 

L'info en continu
12H
11H
09H
08H
07H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/