single.php

Manon Aubry (LFI) : "C'est le mouvement social qui a confiné Macron !"

Par Aurélie Giraud

Manon Aubry, députée européenne LFI et présidente du groupe de la Gauche au Parlement européen, était “L’invitée politique” sur Sud Radio. Elle revient notamment sur le mouvement social en cours et les violences policières.

Manon Aubry LFI
Manon Aubry interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 31 mars, dans “L’invité politique”.

Contestation de la réforme des retraites, violences dans la rue, position de LFI, quelle réponse à l'invitation d'Élisabeth Borne ? Manon Aubry a répondu aux questions de Patrick Roger.

Manon Aubry (LFI) : "C'est le mouvement social qui a confiné Macron !"

Emmanuel Macron a rappelé son soutien aux forces de l'ordre lors des manifestations et a demandé à "toutes les forces politiques républicaines d'être parfaitement claires sur le sujet". "Dans la même phrase, il a aussi insulté les millions de gens qui se mobilisent. Et les milliers de personnes qui étaient venues pacifiquement à Saint-Soline en leur disant qu'ils sont venus pour faire la guerre" dénonce Manon Aubry. "Ça veut dire que des forces de l'ordre sont autorisées à tuer des manifestants. La peine de mort n'existe plus dans notre pays !" fustige-t-elle. "En faisant cela, Emmanuel Macron prend un énorme jerrican d'essence et il le rejette sur le feu de la colère. Vous croyez sincèrement qu'un président de la République, avec ces mots-là, peut apaiser la situation ?"

Pour Manon Aubry, "Emmanuel Macron est dans sa tour dorée". Selon elle, le mouvement social actuel a réussi à "confiner" Emmanuel Macron. "On a eu un confinement à cause du Covid pendant des mois" rappelle-t-elle. Aujourd'hui pour elle, "c'est le mouvement social qui a confiné Macron". "Il ne peut plus sortir de sa tour d'ivoire. Il vient en hélico, il choisit son public, il interdit les manifs, il repart en hélico". "En réalité c'est un Président qui est isolé et barricadé et qui ne peut même plus mettre le pied dehors sans susciter un énorme vent de colère. Ça démontre le niveau de défiance, de détestation".

"On peut parler de violences policières, c'est bien le terme !"

Manon Aubry a échoué à faire adopter au Parlement européen une résolution demandant un débat au niveau européen sur la pratique du maintien de l'ordre et les "dérives policières". "Notre objectif était d'avoir un texte qui condamnait fermement les pratiques de maintien de l'ordre en France" explique-t-elle. Pour la députée européenne LFI, "ces méthodes de maintien de l'ordre, en réalité, créent du désordre". "On peut parler de violences policières, c'est bien le terme !" affirme-t-elle. "Un article de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dit que l'utilisation de la force doit être encadrée par le pouvoir. Et c'est le titre de notre résolution : l'usage proportionné de la force".

 "Je n'ai jamais été une partisane de la violence", tient à préciser Manon Aubry. "Ça ne règle jamais les choses". La députée européenne appelle à une "révolution citoyenne". "Ça s'appelle les élections, ça s'appelle les urnes. Et c'est ce pour quoi on se bat". "Si Emmanuel Macron n'avait pas peur de la démocratie, il ne serait pas passé en force pour sa réforme des retraites contre l'Assemblée nationale et contre les syndicats. Il aurait scellé son sort par référendum ou à travers une dissolution".

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
18H
17H
16H
12H
11H
10H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/