LR : "Le ralliement à la majorité nous ferait définitivement disparaître" assure Annie Genevard

Annie Genevard, présidente par intérim des Républicains et députée du Doubs, était “L’invitée politique” sur Sud Radio.

Annie Genevard LR
Annie Genevard, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 25 janvier, dans “L’invité politique”.

Ligne politique des LR, présidence du parti, stratégie face au gouvernement : Annie Genevard a répondu aux questions de Patrick Roger.

LR : "Le ralliement à la majorité nous ferait définitivement disparaître"

Y a-t-il un risque d'explosion du parti LR ? "J'entends cette question depuis des années !, se défend Annie Genevard. Est-ce que les Républicains ne vont pas s'effacer, se fondre dans la Macronie, exploser du fait de leurs divisions... ?". Si la présidente par intérim des LR ne "nie pas le score de la présidentielle", elle souligne qu'on "ne peut pas passer sous silence le fait que nous sommes plus de 200 parlementaires. Que nous avons fait aux législatives le choix clair de l'indépendance, ni macronistes ni lepénistes".

"Nous portons des propositions singulières et nous avons un poids politique à l'Assemblée qui nous permet de faire avancer nos propositions. Nous demandons à être respectés dans notre indépendance, car la démocratie a besoin de cette indépendance. Pour les quelques personnes qui seraient tentées de rejoindre la Macronie, on voit que ça n'a guère réussi ni à la Macronie, ni aux intéressés eux-mêmes". Pour Annie Genevard, "le ralliement à la majorité nous ferait définitivement disparaître". Elle prend pour exemple les Italiens. "On ne s'allie pas quand on est fragile et la droite est fragile. Son devoir, c'est de se reconstruire".

 

Annie Genevard : "Quel type d'alliance pourrait-on conclure avec le RN qui veut notre mort ?"

Faut-il se tourner vers d'autres pour passer des alliances en vue de 2027 ? Comme Édouard Philippe, un ancien LR, Éric Zemmour ou le RN. Pour Annie Genevard, "passer des alliances irréfléchies et possiblement sources de confusion ne serait pas bon pour les LR. Il faut nous remettre d'aplomb après la défaite sévère des présidentielles. On doit retravailler notre discours, nos idées, notre organisation. Après seulement, on désignera notre champion".

"Il faudra élargir notre électorat, que l'on reconquiert des électorats perdus. Je ne vois pas quel type d'alliance on pourrait conclure avec le RN qui veut notre mort". Par ailleurs, "des tas de choses nous différencient d'eux, notamment leurs propositions en matière économique et sociale". Les LR sont-ils plus proches d'Emmanuel Macron ? "Ce gouvernement a augmenté les prélèvements, les dépenses publiques, la dette publique, le déficit, l'insécurité, l'immigration. Qu'est-ce qu'il y a de droite dans ces résultats ?" Certains ministres viennent des LR, "mais pour appliquer une politique qui n'était pas la nôtre !"

 

"Le JDD a voulu démontrer qu'on pouvait commettre une escroquerie, c'est ce qu'ils ont fait"

Éric Ciotti et Bruno Retailleau sont qualifiés pour le second tour de l'élection à la présidence LR. Annie Genevard tient à saluer "la qualité de la campagne, remarquable d'engagement". Les candidats "se sont énormément déplacés, ils ont rencontré des milliers d'adhérents. Ils ont mouillé la chemise !" Il existe cependant un doute sur la sincérité du scrutin : les chats de la direction du JDD ont pu voter. "Aucun parti n'a mis en place des procédures aussi rigoureuses que les nôtres", se défend la députée. Elle dénonce "une escroquerie !" "Lorsque vous adhérez aux Républicains, vous devez déclarer sur l'honneur que vous êtes une personne physique et que le règlement ne se fait pas par une personne morale".

"Le JDD a voulu démontrer qu'on pouvait commettre une escroquerie, c'est ce qu'ils ont fait", fustige Annie Genevard. "Et jeter ainsi le discrédit non seulement sur une élection mais aussi sur un parti. C'est profondément choquant et nous réfléchissons à une suite à donner". "Si le JDD avait fait la même opération pour tous les partis politiques, en démontrant qu'il y a des failles comme il peut y en avoir dans toute organisation humain. Mais le JDD n'a fait cela que pour le parti LR". "Le JDD est parti avec une volonté de démontrer que c'était possible en usant d'une escroquerie, d'un stratagème". "Je suis interrogative sur le plan déontologique dans cette affaire".

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !