single.php

"La menace d'ultra-droite est la principale menace terroriste" affirme Aymeric Caron

Par Aurélie Giraud

Aymeric Caron, député Révolution Écologique pour le Vivant de Paris, membre du groupe LFI à l'Assemblée nationale, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Aymeric Caron ultra-droite
Aymeric Caron, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 5 juin, dans “L’invité politique”.

Réforme des retraites, violences dans la société, ultra-droite, avenir de la gauche, défense des animaux : Aymeric Caron a répondu aux questions de Patrick Roger.

Aymeric Caron : "La menace d'ultra-droite est plus présente que jamais"

Aymeric Caron revient sur l'hommage rendu dimanche 4 juin, 10 ans après la mort du jeune militant antifaciste Clément Méric, mort en 2013 sous les coups de skinheads d’ultra-droite. Pour le député, "la menace d'ultra-droite est plus présente que jamais. Elle s'était fait un peu oublier et depuis le meurtre de Clément Méric, cette menace n'a cessé de grandir à nouveau", affirme-t-il. "D'après les spécialistes du renseignement, la menace liée aux groupuscules d'extrême droite est la principale menace terroriste dans ce pays", tient-il à préciser.

"Ce qui est extrêmement inquiétant, c'est qu'elle est sous-évaluée par ceux qui nous dirigent", ajoute Aymeric Caron. "Ou en tout cas dans leurs discours, ils font mine qu'elle n'existe pas", dénonce-t-il. Le député membre du groupe LFI à l'Assemblée nationale rappelle l'enquête de Libération expliquant "qu'il y a des incidents liés à l'extrême droite tous les deux jours en France. Soit une agression, soit une dégradation, soit des menaces sur les élus". Pour lui, "la comparaison avec l'ultra-gauche est fallacieuse voire malhonnête". Il pointe par ailleurs du doigt le journal Valeurs Actuelles, qu'il qualifie de "journal d'extrême droite".

 

"Il faut dire à ce gouvernement qu'on ne veut pas se laisser faire"

Une journée de mobilisation contre la réforme retraites aura lieu mardi 6 juin, alors que les premiers décrets d'application de la réforme des retraites ont été publiés ce week-end. Aymeric Caron reconnaît qu'il "doit y avoir une forme de découragement face à la cécité et la surdité de ce gouvernement qui ne veut pas entendre. Une majorité des Français continuent à dire qu'ils ne veulent pas de cette réforme". "Il y a une part de découragement chez certains Français et certaines Françaises, mais il faut être là pour montrer que le peuple ne se laisse pas faire". Mais pour lui, "il faut marquer le fait que les Françaises et les Français sont toujours mobilisés contre ce texte et que ça ne passe toujours pas".

Concernant d'éventuelles violences lors des manifestations, Aymeric Caron assure que "les gens qui sont déçus ne sont pas des gens violents". "La question des Blacks Blocs est différente de celle de la colère populaire. Ce n'est pas la gauche politique ou la gauche écologiste. Le phénomène des Blacks Blocs est instrumentalisé par le gouvernement". Le député souhaite que "le texte du groupe LIOT qui prévoit de supprimer le passage de l'âge de la retraite aux 64 ans soit discuté à l'Assemblée nationale". "Il y a un passage en force", estime-t-il. "Il faut dire à ce gouvernement qu'on ne veut pas se laisser faire. Et que même si cette fois-ci on est obligés de faire avec la réforme, il y aura un avenir. Tout ne va pas s'arrêter. Il y aura un changement de gouvernement et de majorité un jour, c'est évident".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
19H
18H
17H
16H
12H
11H
10H
Revenir
au direct

À Suivre
/