"Je refuse une immigration choisie qui vienne combler les manques" estime François Ruffin

"On ne peut pas jeter les gens comme des kleenex", selon François Ruffin. Le député LFI de la Somme et auteur de "Je vous écris du front de la Somme" (Les liens qui libèrent) était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

immigration
François Ruffin interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le jeudi 3 novembre, dans "le petit déjeuner politique".

Nouvelle utilisation du 49.3 par Emmanuelle Borne, nouvelle motion de censure, propositions de Gérald Darmanin sur l'immigration, "écoterrorisme" aux bassines de Sainte-Soline : François Ruffin a répondu aux questions de Patrick Roger.

 

"La réponse est de construire"

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin a proposé la création d'un titre de séjour "métier en tension". Une personne en situation irrégulière en France serait alors régularisée pour travailler légalement dans ces professions touchées par un manque de recrutement. Pour François Ruffin, cette option n'est pas suffisante pour résoudre ces problèmes. "Je ne suis pas pour une immigration choisie, je suis pour que l'on construise un statut et un revenu pour tous les travailleurs concernés", explique-t-il.

Le député de la Somme, qui doit recevoir à l'Assemblée nationale une délégation d'auxiliaires de vie sociale en grève, déplore que ces professionnelles "ne touchent que 843 euros par mois". "On en a besoin aujourd'hui et encore plus demain pour s'occuper des personnes âgées qui souhaitent rester en autonomie à leur domicile", insiste l'élu de la France insoumise.

Pour retrouver des salariés dans les secteurs sous tension, "la réponse est de construire", propose François Ruffin qui souhaite que "les Français puissent vivre de leur travail, pas de primes". Les manques concernent de nombreux métiers dans le bâtiment, les transports ou encore parmi les accompagnants de personnes en situation de handicap. "Certains démissionnent pour trouver un emploi permettant de nourrir leur famille", souligne l'auteur du livre Je vous écris du front de la Somme (Les liens qui libèrent).

 

Immigration : "On ne peut pas jeter les gens comme des kleenex"

Selon une étude, 5 millions de travailleurs seraient indispensables en France, ce qu'Emmanuel Macron appelait "les métiers de la deuxième ligne". "Je refuse une immigration choisie qui vienne combler les manques", prévient le député qui regrette que "l'on dégoute les gens de leur travail".

Si Gérald Darmanin a précisé ne pas "ouvrir les vannes" de l'immigration ni même de procéder à "une immigration choisie", le parlementaire LFI se positionne pour une régularisation "de ceux qui sont sur le territoire et qui travaillent dans ces secteurs", mais s'oppose à "une immigration spécifique". Le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'en cas de baisse de tension dans ces métiers, les visas prendraient fin et la personne devra rentrer dans son pays. "On ne peut pas jeter les gens comme des kleenex", peste François Ruffin qui entend proposer un projet durable aux travailleurs étrangers.

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !