single.php

Immigration : "Le gouvernement est devant sa responsabilité" affirme François-Xavier Bellamy

Par Aurélie Giraud

François-Xavier Bellamy, député européen et vice-président de LR, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

François-Xavier Bellamy Immigration
François-Xavier Bellamy, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 30 mai dans “L’invité politique”.

Immigration, fraude sociale, retraites, avenir des LR : François-Xavier Bellamy a répondu aux questions de Patrick Roger.

Immigration : "Le gouvernement est devant sa responsabilité"

Après les propositions émises par les Républicains en matière d'immigration, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a répondu "chiche, travaillons ensemble". "Nous avons mis nos propositions sur la table et elle sont très claires" explique François-Xavier Bellamy. "Le gouvernement est aujourd'hui devant sa responsabilité" affirme-t-il. "Il dit 'chiche' mais immédiatement après, il dit qu'il ne veut pas de la moitié des propositions que nous avons faites". Concernant la régulation des travailleurs sans papiers dans les métiers en tension, "nous resterons toujours en désaccord" précise le député européen LR. "La France a besoin de l'inverse" estime-t-il.

Mais surtout, "on nous explique que c'est impossible de toucher à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) et de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE)" déplore François-Xavier Bellamy. "Le ministre explique que ce serait faire un 'Frexit', mais ça n'a aucun sens". Pour le député européen, "cette jurisprudence a détourné la CEDH et la CJUE de leur sens originaire". Il se dit "fasciné par le procès en extrémisme qui nous est fait depuis quelques jours. Sur le fait que nous aurions abandonné notre héritage gaulliste. Mais qu'aurait-il dit de la jurisprudence de ces cours qui empêchent l'État de prendre les décisions les plus nécessaires pour protéger les Français ?" "Il n'aurait pas accepté que des juges empêchent la France d'expulser des terroristes dans leur pays !"

"On admet enfin qu'il est nécessaire de parler de fraude sociale"

Le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal, a fait plusieurs annonces sur les fraudes sociales. "On percevra le plan quand on aura vu l'action !" raille François-Xavier Bellamy. Le député européen LR dénonce "des déclarations souvent très incertaines". Il s'agit pour lui d'un "projet très hypothétique, remis à une date indéterminée. Alors que le Sénat avait un projet très concret de carte vitale biométrique, écarté pour des raisons de coût". "Le vrai sujet sur le fond est qu'enfin on admet qu'il est nécessaire de parler de fraude sociale. Pendant longtemps cette question était taboue, bannie du débat public. Charles Prats a tenté d'alerter pendant des années sur le sujet, mais on ne nous parlait que de fraude fiscale".

"La fraude sociale faisait partie des sujets interdits, qu'il est nécessaire de mettre sur la table". François-Xavier Bellamy rappelle qu'un million de prestations sociales sont versées à l'étranger, dont la moitié en-dehors de l'Union européenne. "Il y a aujourd'hui un vrai sujet de contrôle, de lisibilité et de transparence" estime le député européen. "On a le social le plus généreux au monde, trop de gens agissent comme des passagers clandestins et abusent de ce système. Au risque de détruire ce qui le rend possible, c'est-à-dire la conscience d'une solidarité collective qui nous fait tous cotiser pour qu'il fonctionne".

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
Revenir
au direct

À Suivre
/