Immigration et insécurité : "Il y a des chiffres qui parlent d’eux-mêmes" estime Patrick Stefanini

Patrick Stefanini, ancien secrétaire général du ministère de l'Immigration et auteur de "Immigration : ces réalités qu'on nous cache" (éditions Robert Laffont), était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Patrick Stefanini
Patrick Stefanini, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 7 décembre, dans “L’invité politique”.

Projet de loi asile immigration : Patrick Stefanini a répondu aux questions de Patrick Roger.

Lien entre immigration et insécurité : "Il y a des chiffres qui parlent d’eux-mêmes"

Y a-t-il un lien entre immigration et insécurité ? Pour Patrick Stefanini, "il y a des chiffres qui parlent d'eux-mêmes ! On compte 7% d'étrangers dans la population française et 22-23% d'étrangers dans les prisons françaises. Ça ne veut pas dire que tous les étrangers sont des délinquants, mais il y a un lien entre immigration et délinquance confirme-t-il. Il s'explique aussi par le fait qu'on a été trop généreux en matière d'accueil, et pas assez sérieux sur le contrôle des frontières. On a laissé pénétrer des personnes qui n'y avaient pas droit et qui sont ensuite dans des situations instables et précaires". Entraînant travail clandestin et trafics. "Il faut reprendre en main les choses, le gouvernement a l'air décidé à le faire".

Le sujet des mineurs isolés est d'après Patrick Stefanini "l'angle mort de la politique migratoire de notre pays. Ils n'ont pas besoins de détenir un titre de séjour, rappelle-t-il. On ne les contrôle donc pas et ils ne peuvent pas être éloignés du territoire. Ce n'est pas l'Europe qui nous l'impose mais une loi française ! précise-t-il. Il faut se poser la question et mettre en place, avec les pays d'origine, une vraie coopération. Ces mineurs viennent d'un nombre très limité de pays, 5 ou 6 parfaitement identifiés. Il y a des filières qui les amènent, il faut les démanteler". "La France a besoin de porter vis à vis de l'Afrique une grande politique de coopération" pour maîtriser l'immigration.

 

"La route migratoire des Balkans a été multipliée par 10 en 3 ans"

L'immigration est un sujet que tous les gouvernements ont abordé et tenté de réformer. Mieux intégrer, mieux expulser : le 29ème projet de loi sur l'asile et l'immigration en 42 ans a été présentée par le gouvernement à l'Assemblée nationale. "Il y a une très forte poussée migratoire qui s'explique par la crise Covid, souligne Patrick Stefanini. C'est ce que confirment les chiffres publiés par l'Union européenne (UE) sur les interpellations de migrants qui tentent de pénétrer irrégulièrement". "La route migratoire des Balkans prend de plus en plus d'importance, précise-t-il. Le nombre des interpellations y a été multiplié par 10 entre les 8 premiers mois de 2022 et la même période en 2019".

Selon Patrick Stefanini, "on a encore beaucoup de progrès à faire dans le contrôle des frontières extérieures de l'UE. C'est un enjeu essentiel : l'UE est le seul ensemble politique dans le monde qui ne contrôle pas de façon étanche ses frontières". Il prend pour exemple les États-Unis, où "le contrôle est très approfondi". Ou encore "les grandes dictatures contemporaines, où le contrôle des frontières extérieures est particulièrement sévère". "Ce n'est pas le cas de l'UE, car elle s'est conçue pendant longtemps sous le sceau de la liberté de circuler". Concernant la route des Balkans, "la plupart des pays qui la composent ne font pas partie de l'UE. Pourquoi se décarcasseraient-ils pour empêcher les migrants de rejoindre l'UE ?"

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !