Énergies renouvelables : "Nous n'avons plus le luxe d'attendre" prévient Agnès Pannier-Runacher

Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, était l'invitée du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Agnès Pannier-Runacher Energies renouvelables
Agnès Pannier-Runacher, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 23 septembre, dans "le petit déjeuner politique".

Centrales pour cet hiver, énergies renouvelables, sobriété énergétique : Agnès Pannier-Runacher a répondu aux questions de Patrick Roger.

Énergies renouvelables : "La France met deux fois plus de temps que les pays voisins à mener ses projets au bout !"

Le gouvernement souhaite accélérer le nucléaire et les énergies renouvelables. Il présentera lundi 26 septembre son projet de loi sur les énergies renouvelables. Le premier parc éolien en mer au large de Saint-Nazaire a été inauguré le 22 septembre. "La politique énergétique que nous menons est très claire : elle vise à sortir des énergies fossiles, rappelle Agnès Pannier-Runacher. Car elles contribuent au réchauffement climatique dramatique pour la biodiversité et pour les phénomènes de sécheresse, d'inondation ou de mega feux. Il faut le faire aussi pour des questions de souveraineté : maîtriser la production de notre énergie est un enjeu fort. Le troisième enjeu est celui du pouvoir d'achat des Français et de compétitivité. Les énergies renouvelables sont très compétitives aujourd'hui par rapport au coût de l'électricité et du gaz".

Pour la ministre de la Transition énergétique, "le problème de la France est qu'elle a beaucoup de projets mais qu'elle met deux fois plus de temps que les pays voisins à les mener au bout ! Le premier champ d'éolien marin a mis 12 ans à voir le jour, là où dans d'autres pays, ce sera 5 à 7 ans. Même chose pour le photovoltaïque. C'est du temps administratif, du temps de contentieux, c'est beaucoup de contestations, déplore Agnès Pannier-Runacher. On a un enjeu de se réapproprier les énergies renouvelables, d'en faire un combat fondamental. On n'a plus le luxe d'attendre, il faut changer le mix énergétique". "Il faut lever les verrous réglementaires puis, lever les verrous législatifs pour accélérer les procédures sans pour autant revenir sur la concertation. Il faut aussi libérer du foncier, notamment aux abords d'autoroutes".

 

Remise en route des centrales : "EDF a mis les bouchées doubles pour mener les maintenances"

"Nous allons accélérer sur toutes les énergies renouvelables, explique Agnès Pannier-Runacher. Géothermie, bio-gaz renouvelable, nouvelles technologies à partir de déchets. Du photovoltaïque sur les parkings, sur les bâtiments et de l'éolien marin. Notre objectif est de 50 parcs éoliens marins et de multiplier par 10 notre puissance solaire installée en France, à horizon 2050. Date à laquelle nous devons atteindre une neutralité carbone pour casser la progression du changement climatique. Les grands axes de notre plan sont une meilleure planification, la libération du foncier et un meilleur partage de la valeur. Les habitants et les collectivités locales doivent avoir un retour de ces installations, un bénéfice, pour se les approprier".

À court terme pour cet hiver, est-il possible d'accélérer les remises en route complètes des centrales ? "C'est une question qu'on peut poser à EDF !, se défend la ministre. EDF a mis les bouchées doubles pour avoir les compétences sur le terrain pour mener ces maintenances qui sont nécessaires. Chaque semaine, le calendrier est publié et disponible sur le site de RTE, des centrales sont remises en route à l'approche de l'hiver. EDF a poussé toutes les maintenances sur les moments où on a le moins besoin d'électricité, pour avoir le maximum de production au moment de l'hiver".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !