single.php

Black Friday - Christophe Béchu : "Je pousse à la consommation utile et nécessaire"

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Black Friday Christophe Béchu
Christophe Béchu, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 25 novembre, dans “L’invité politique”.

Fin du Congrès des maires, factures d'énergie, Black Friday, soignants non vaccinés, comptes de campagne : Christophe Béchu a répondu aux questions de Patrick Roger.

Black Friday : "Je pousse à la consommation utile et nécessaire"

Black Friday : certains dénoncent une journée ultra commerciale. "Je ne culpabilise pas les gens ! assure Christophe Béchu. Qu'on fasse des bonnes affaires, c'est bon pour le pouvoir d'achat". Mais pour lui, "le vrai sujet est : ce qu'on achète, en a-t-on vraiment besoin ? Ensuite, il faut se demander d'où ça vient et combien de temps je vais le garder. En 15 ans, on a augmenté de 60% le nombre de vêtements que nous achetons tient-il à souligner. Pourtant on ne porte toujours qu'une paire de chaussettes et de chaussures par jour ! On a donc augmenté ce qu'on achète et diminué le temps pendant lequel on porte ces vêtements".

"Les 2/3 des vêtements que nous portons finissent dans une décharge ou incinérés explique le ministre de la Transition écologique. Et dans le 1/3 qu'on collecte, il y en a à nouveau 2/3 qu'on finit par gaspiller". Christophe Béchu rappelle le dispositif qui va se mettre en place. "Il y aura quelques dizaines de centimes supplémentaires sur tous les vêtements neufs qui permettront de financer une filière du réemploi et du recyclage". "Je pousse à la consommation utile et nécessaire mais je ne condamne pas le fait de faire de bonnes affaires". "Du recyclé, produit en France et en faisant attention à l'empreinte carbone". Il dénonce des "stratégies de certains constructeurs pour faire des produits qui ne sont pas durables".

 

"Notre ligne est de donner davantage de responsabilité aux élus"

Élisabeth Borne a refermé le Congrès des Maires de France avec un discours appelant à une relation de confiance avec les maires. "La ligne sur laquelle nous sommes est de donner davantage de responsabilité aux élus affirme le ministre de la Cohésion des territoires. La Première ministre a annoncé une simplification des procédures et que nous étions prêts à ouvrir des discussions sur de nouvelles pages de décentralisation. Notamment autour des questions de logement, de suivi des rénovations énergétiques et d'accompagnement sur les transports. Mais le principe est que quand on prend une compétence, on l'assume ainsi que les éventuelles impopularités liées aux décisions qu'on prend".

Certains maires dénoncent des mécanismes trop complexes pour faire face à l'envolée des factures d'énergie. "30.000 communes paient le tarif d'électricité des particuliers rappelle Christophe Béchu. Pour elles les règles sont claires. 6.000 communes sont dans la situation des PME ou des grandes entreprises, pour lesquelles un amortisseur électricité fait en sorte de prendre une partie de la facture. Nous allons simplifier le dispositif, avec dans les prochains jours une présentation beaucoup plus claire".

 

Christophe Béchu : "Les Insoumis théorisent le fait qu'il faut que ce soit le chaos"

Débat houleux à l'Assemblée nationale lors du débat sur la réintégration des soignants non vaccinés. "Tu vas la fermer" a lancé le député Outre-Mer Olivier Serva à un collègue. "Je ne suis pas persuadé qu'on ait donné la meilleure image de la politique" se désole Christophe Béchu. Pour lui, "il y a une forme stratégie. C'était la journée de niche des Insoumis qui, depuis leur premier jour au sein de l'Assemblée nationale, théorisent le fait qu'il faut que ce soit le chaos". "Il y a eu des moments très volcaniques dans une journée sous tension. Depuis le début, au sein de cette Assemblée nationale qui a l'avantage de la pluralité mais l'inconvénient d'avoir des gens là pour faire en sorte que les débats n'avancent pas. De bloquer les textes, obliger le gouvernement à recourir au 49-3".

Certains ont dénoncé une obstruction de la part de la majorité. "C'est peut-être le principe de l'arroseur arrosé, du retour de bâton estime Christophe Béchu. Quand vous considérez que l'urgence est de proposer un texte sur la réintégration de soignants non vaccinés alors que les autorités scientifiques ne le recommandent pas. La priorité sanitaire est plutôt de rappeler que les personnes fragiles doivent se faire vacciner contre la grippe. Le signal que ça envoie en termes de santé publique est difficile à comprendre". "Nous avons une ligne constante de considérer que sur ces sujets, la parole des scientifiques dans la lutte contre une pandémie a du sens".  "Derrière ce débat il y a un débat sur l'utilité des vaccins, c'est grave". 

 

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/