single.php

Meurtre du petit Grégory : pourquoi l’affaire est-elle relancée ?

Par Jean Baptiste Giraud

Quarante ans après, les enquêteurs vont de nouveau faire des recherches ADN et tenter de faire parler les enregistrements audio des corbeaux.

Grégory Villemin
Photo non datée du petit Grégory Villemin. (AFP/Archives)

C’était en 1984 : Grégory, 4 ans, était retrouvé mort dans la Vologne, une rivière des Vosges. Quarante ans après, les juges demandent de nouvelles expertises.

Affaire Grégory : des compléments d'analyse

La Cour d’appel de Dijon a en effet ordonné un complément d’analyse ADN, mais aussi sonore. "En fait, les parents de Grégory, Christine et Jean-Marie Villemin, n’ont jamais renoncé à connaître la vérité, rappelle Christophe Guerra, rédacteur en chef adjoint du Nouveau Détective. Ils ont demandé il y a plusieurs mois de nouvelles expertises, qui viennent d’être en partie acceptées."

"Il y a d’abord des expertises génétiques : on va réanalyser l’anorak bleu du petit garçon, les trois cordelettes qui ont enserré son corps, et plusieurs lettres du corbeau. Dont la lettre de revendication du crime qui disait : 'j’espère que tu mourras de chagrin. Ce n’est pas ton argent qui pourra te redonner ton fils. Voilà ma vengeance'."

 

Des expertises vocales des corbeaux

"En fait, sur ces scellées criminelles, on avait depuis longtemps des ADN mélangés, partiels ou dégradés, estime Christophe Guerra, rédacteur en chef adjoint du Nouveau Détective. Ils nous permettent seulement d’exclure des suspects. Or, il existe des suspects pour lesquels ces exclusions n’ont pas pu être effectuées. Il s’agit de six personnes dont on va maintenant comparer les ADN."

Deuxième phase : des expertises vocales des appels des corbeaux, un homme et une femme. "On en a environ un millier, dont 800 aux seuls grands-parents de Grégory. Mais on a surtout trois enregistrements d’excellente qualité. L’idée va être d’isoler ces voix, supprimer le bruit de fond, et comparer à certains protagonistes du dossier, même des suspects morts. On sait que plus personne ne va parler. Seule la science peut faire avancer l’affaire avec des certitudes. "

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
00H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/