single.php

François Duquesne (Vigicrue) : "On est loin de la crue de 1910"

Par Benjamin Jeanjean

Directeur de Vigicrue, François Duquesne était l’invité du 18h Sud Radio ce vendredi pour évoquer la crue actuelle de la Seine en Île-de-France.
 

Les industriels de la Seine tournent au ralenti avec cette crue (©Fany Boucaud - Sud Radio)

Les Franciliens auraient-ils mangé leur pain noir avec la crue actuelle de la Seine ? Alors que les transports, l’économie et la vie quotidienne de nombreux habitants à Paris et ses environs est perturbée depuis plusieurs jours, le fleuve qui irrigue la capitale devrait atteindre son pic ce week-end, avec des perturbations légèrement moins importantes que prévues. "La crue sera moins importante, mais assez proche toutefois de celle que nous avons vécue en mai-juin 2016. Nos prévisions se situent entre 5,80m et 6m", explique François Duquesne, directeur de Vigicrue, au micro de Sud Radio.

Rappelant qu’il n’y a "pas de grosses pluies prévues ce week-end et en début de semaine prochaine", François Duquesne appelle toutefois à la prudence et surtout à la patience. "La Seine est un fleuve qui réagit lentement, donc l’élévation s’est faite lentement et la décrue se fera elle aussi lentement. Elle sera d’autant plus lente que les niveaux sont encore élevés sur la Marne et sur la Seine en amont, et ça va ralentir la décrue", précise-t-il avant de revenir sur les raisons de la situation actuelle. "Ce qui explique la crue que nous vivons en Île-de-France, ce sont des pluies persistantes, de faible intensité mais quasiment continues. Ces pluies sont venues saturer les sols, qui ne peuvent plus capter l’eau. Cette eau vient ensuite ruisseler dans nos cours d’eau. Ces crues se sont d’abord formées sur les bassins amont de la Marne et de l’Yonne, et remontent aujourd’hui pour converger vers Paris", explique-t-il.

Si certains scénarios alarmistes ont pu être évoqués dans les médias, François Duquesne tient malgré tout à rester mesuré dans l’analyse de la montée des eaux actuelle. "On est loin de la crue centennale, elle est plutôt d’occurrence vicennale. La probabilité d’une telle crue est de 5%, alors qu’elle est de 1% pour une crue centennale. On est loin de la crue de 1910, je vous rassure !", conclut-il.

Réécoutez en podcast toute l’interview de François Duquesne dans le 18h Sud Radio

 

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
14H
13H
11H
10H
Revenir
au direct

À Suivre
/