single.php

Le sentiment religieux

Comme la drogue, le sexe, la musique, la nourriture et les jeux d'argent, il parait que le sentiment religieux active les mêmes zones du cerveau humain.

 

Thumbnail

C'est une étude menée par l'université de l'Utah aux États-Unis, qui a été publié par la revue sociale Neuroscience et reprit par la revue Science et Avenir. Une équipe scientifique a observé l'activité cérébrale de 19 Mormons, des gens connues pour leur pratique très orthodoxe de la religion. Pas d'alcool, de soda, de thé, de café et de tabac, ils doivent prier tous les jours.

Pour savoir quelles zones cérébrales étaient impliqués dans leur sentiment spirituel, les chercheurs ont créé un environnement propice. Les 19 personnes ont passés des IRM au repos, lors d'invitations à la prière, la projection d'une vidéo sur leur église, de citations des responsables religieux, de lecture de la Bible, et ainsi de suite...En plus de cela ils devaient expliquer leur état d'esprit durant l'expérience.

Et les scientifiques ont constaté que le fait de prier sollicite le la zone en charge la récompense, celle qui donne envie de recommencer et qui, comme le sexe, provoquerait des dépendances. Cette recherche s'inscrit dans l'initiative du Religious Brain Project créé en 2014 par l'université de l'Utah. Sa vocation est d'observer les mécanismes cérébraux lors d'expériences spirituelles ayant trait à des croyances religieuses. La véritable question de cette étude étant celle du conditionnement, c'est l'objet d'étude des chercheurs. Ils veulent vérifier si une religion peut devenir une dépendance via le système de récompense. Un sujet extrêmement polémique, qui demandera de s'intéresser à d'autres religions.

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
Revenir
au direct

À Suivre
/