single.php

Le champion du gouvernement Hollande

Le Parti socialiste est en train d'imploser. Invité à l'émission politique de France 2 hier soir, Benoit Hamon n'arrive pas à fédérer le parti derrière lui. Une fuite massive vers Macron est en train de se préparer. Un ralliement en particulier nous intéresse, celui du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Thumbnail

Comme le dit un conseiller de François Hollande qui suit cela de très près, « on voit bien que chez Macron, ils préfèrent la personnalité à la quantité ». Chez Emmanuel Macron, on est encore plus cru en disant, « on préfère un Le Drian à 120 desperados socialistes dont on ne saura que faire ». Le choix est clair.

On voit que ce ralliement est très important pour Macron, parce que Le Drian incarne cette gauche de gouvernement en voie de disparition au Parti socialiste. C'est un ministre régalien, qui a géré beaucoup de dossiers sensibles en matière de relations internationales, à tel point que l'on peut le considérer comme le ministre bis des affaires étrangères, apprécié par la droite et la gauche, patron de la région Bretagne, plutôt respecté des hauts gradés de l'armée… Bref, un champion du gouvernement, un mercato de poids et un compagnon de François Hollande, qui a donné ses intentions au président, ce dernier ne s'étant aucunement opposé à l'agenda de son ministre. Néanmoins, le président a donné des consignes lors du conseil des ministres, en disant qu'il faut choisir le plus tard possible, le 24 par exemple, mais Le Drian fait ce qu'il veut, il ne change pas son agenda et prononcera un discours très important sur la défense le 18 mars, lors d'une réunion de En marche.

Pendant ce temps, François Hollande lance le débat sur le vote utile. Il dit qu'il faut lutter contre la possible arrivée du Front national au pouvoir, mais sans débattre. Il considère que les débats qui se préparent sont une catastrophe, car, c'est mettre au même niveau ceux qui n'ont jamais gouverné, ceux qui, selon lui, mentent aux Français, avec ceux qui ont déjà été aux responsabilités. Pour lui, c'est un énorme problème démocratique. Si François Hollande ne reviendra pas, il observe avec gourmandise la campagne de Macron en estimant qu'une partie de ses idées pourrait se retrouver de nouveau au pouvoir.

L'info en continu
17H
16H
15H
14H
13H
12H
10H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/