La France est un État de réaction et non de prévention, c'est dans son ADN

Si la polémique sur la gestion de l'ouragan Irma par le gouvernement est de la politique politicienne, cette catastrophe pose une question majeure : celle de l'organisation des services de l'État face à ces catastrophes naturelles, amenées à se multiplier en raison du réchauffement climatique.

 

Concernant le président, on a compris qu’il sera mardi aux Antilles. S’il avait pris l’avion dès mercredi à la place d’aller en Grèce. Que n’aurait-on dit sur sa manière de récupérer l’info et de venir les mains vides, sans rien annoncer ?

Ce pouvoir est confronté à sa première crise majeure et les réponses ne se trouvent pas dans le projet de société d’Emmanuel Macron, mais dans la capacité de l’État à se mobiliser. Il est vain de dire qu’il ne se mobilise pas, c’est vraiment de la politique politicienne.

En revanche, et c’est là que peut se trouver la critique, c’est l’ADN de l’État français, nous sommes un État de réaction et non de prévention, contrairement à ce qu’on voit en Floride depuis une semaine, avec l’ordre d’évacuation qui a été donné. C’est la manière de fonctionner en France et c’est ce qu’il faudra changer face à ces catastrophes naturelles, qui seront de plus en plus fréquentes avec le réchauffement climatique. Il faudra penser différemment.

On avait un secrétariat d’État à l’aide aux victimes. Il a été supprimé, on va voir maintenant à quel point il va manquer.

Écoutez la chronique de Michaël Darmon dans le Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard

 


Revenir
au direct

À Suivre
/