En 2019, la défense de la cause animale part sur des chapeaux de roue !

L’année 2019 apporte de bonnes nouvelles pour les animaux au point que dans certains pays on ne pourra plus acheter de chiens, est-ce bien sérieux ?

Il était temps ! Les spectacles de corrida sont majoritairement refusés ainsi que les cirques avec animaux sauvages qui sont d’ailleurs interdits dorénavant en Grande Bretagne et au Portugal. La viande de chien commence à être remise en question en Asie, la fourrure et les peaux exotiques ne plaisent plus qu’à quelques nouveaux riches has been et bientôt on ne pourra plus acheter d’ivoire dans le monde. Donc ça bouge mais certains pays prennent les devants. Comme la Belgique qui depuis le 1er janvier exige un permis pour détenir un animal. Le 1er code wallon du bien-être animal est entré en vigueur avec de nombreuses mesures : plus de cirques ni de spectacles avec animaux, de tir sur animal vivant ni de poules en cage. Et un permis est dorénavant nécessaire pour détenir un animal. Et pour éviter qu’on le prenne comme un jouet pour le martyriser ou l’abandonner quand on est lassé.

Tout sera officiel, fini le côté je prends un chaton et j’en fais ce que je veux. Maintenant, un chien ou un chat sera enregistré obligatoirement par un Fonds de protection contre les abandons et la maltraitance animale. Donc vous aurez des comptes à rendre ! Encore mieux : la Californie a décidé de lutter contre les usines à chiens et à chats. Elle interdit depuis le 1er janvier les ventes tant qu’il y aura des animaux à adopter. Les animaleries ne pourront vendre plus que des chats, chiens et lapins provenant de refuges ou d’associations. Sinon elles auront des amendes de 500 dollars, ça refroidit ! C’est non seulement une excellente loi contre la cruauté faite aux animaux mais c’est logique économiquement : pourquoi dépenser 800 ou 1000 euros pour un chiens alors qu’il y en a plein à adopter quand on sait que les contribuables californiens dépensent plus de 250 millions de dollars chaque année pour héberger et euthanasier des animaux dans les refuges.

Mais alors comment vérifier ? Il y aura certainement des trafics comme toujours mais les animaleries doivent maintenant fournir un historique détaillé de chaque chien, chat ou lapin vendue. Une formidable avancée qu’on n’est pas prêt de voir chez nous, les français étant très en retard et notre gouvernement pas vraiment intéressé par le sujet. Mais ne soyons pas chagrin car il y a aussi une bonne nouvelle en France grâce à Carrefour. Le distributeur a annoncé qu'il allait demander aux 84 abattoirs qui le fournissent en viande d'installer des caméras pour vérifier qu’il n’y ait pas de cruauté sur les animaux. Ce que le gouvernement n’a pas été capable de faire, puisque le Parlement a refusé cette initiative pourtant réclamé par les français, Carrefour l’a fait !