single.php

Nucléaire : les réacteurs français prolongés jusqu'à 50 ans ?

Par Jean Baptiste Giraud

L’Autorité de sûreté nucléaire vient d'autoriser le réacteur n°1 de Tricastin à fonctionner jusqu’à 50 ans au lieu de 40.

Le nucléaire revient en force. Pour la première fois, l’Autorité de sûreté nucléaire autorise un réacteur, le réacteur n°1 de Tricastin, à fonctionner jusqu’à 50 ans au lieu de 40 ans.

Nucléaire : un milliard d'euros de travaux par réacteur

En quoi cette décision est-elle un tournant dans la politique énergétique en France ? "C’est une première en France, confirme Valérie Faudon, délégué générale de la Société Française d’Énergie Nucléaire. Mais il faut savoir qu’aux États-Unis, il y a plus d’une centaine de réacteurs nucléaires. La plupart d’entre eux ont déjà été autorisés à fonctionner 60 ans."

Suit-on le chemin des États-Unis ? "Oui, mais avec des exigences supplémentaires, car l’Autorité de sureté nucléaire française a été beaucoup plus exigeante que son homologue américaine. Elle a demandé beaucoup de travaux sur les réacteurs français. Un milliard d’euros réacteur a été exigé pour changer ou ajouter des composants, et ajouter des systèmes de sûreté."

 

 

Compter sur le nucléaire, aux côtés de renouvelables

"Le calcul avait été fait initialement pour 40 ans, mais de nouvelles études montrent qu’ils peuvent fonctionner bien plus longtemps", décrypte Valérie Faudon, délégué générale de la Société Française d’Énergie Nucléaire. Ce réacteur de Tricastin ne sera-t-il que le premier d’une longue série ? "Absolument, on espère que tous les réacteurs français seront autorisés à fonctionner 50, voire 60 ans. C’est une bonne nouvelle car on va avoir besoin de beaucoup d’électricité."

"C’est important de pouvoir compter sur le nucléaire, aux côtés de renouvelables, pour assurer notre sécurité d’approvisionnement avec de l’électricité qui n’émet pas de gaz à effets de serre mauvais pour le climat." Faut-il en plus de cela six EPR ? "Ils sont censés remplacer les centrales actuelles, mais commenceront à arriver en 2035. Les dernières prévisions que l’on a tablent sur une forte hausse des besoins en électricité car on va devoir se passer du pétrole dans les voitures et du gaz dans l’industrie et le chauffage."

Retrouvez "Le coup de fil du matin" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Benjamin Glaise

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
23H
22H
21H
19H
18H
17H
16H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/