Licenciements en masse dans l’hôtellerie : "Rester ouvert est très compliqué"

Emmanuel Sauvage, co-fondateur et directeur général du groupe d’hôtels Evok, vice-président de la branche hôtel du GNI, Groupement national des indépendants de l’hôtellerie-restauration, en Île-de-France, était l’invité de Patrick Roger le 11 janvier dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

Les grands hôtels, fort d'un millier de chambres, ne peuvent pas faire face à la crise actuelle du secteur. Une crise appelée à durer. AFP

Des milliers d’emplois supprimés, des hôteliers aux abois… Les hôtels s’apprêtent à licencier en masse.

"La crise continue, et elle continuera plus longtemps"

Pourquoi une telle situation dans les hôtels ? Contrairement aux bars et restaurants, ils ne sont pas obligés de fermer leurs portes. "Nous n’avons pas eu de fermeture administrative, ni au mois de mars, ni maintenant, explique Emmanuel Sauvage, co-fondateur et directeur général du groupe d’hôtels Evok. Cette crise dans le tourisme est beaucoup plus longue. Elle a commencé avant que le coronavirus ne soit ici. Dès le mois de janvier, il n’y avait plus de Chinois. Le mois de février a été très dur, et cette crise a commencé au mois de mars."

"La crise continue, et elle continuera plus longtemps, estime-t-il. Forcément, cela ne va pas repartir du jour au lendemain. Qui dit pas de fermeture administrative dit pas de prise en charge des pertes d’exploitation par les assurances, contrairement aux restaurateurs, au second confinement. Il n’y a aucune aide, finalement, du gouvernement et de l’État sur le secteur du tourisme. Nous avons de très gros loyers, de très gros remboursements d’emprunt. Cette crise est très dure. Les hôteliers se sentent un peu délaissés."

"Nous avons décidé de rester ouverts depuis le 25 mai"

Quid du chômage partiel ? "C’est un peu la seule mesure de prise en charge pour le tourisme. Pour un groupe hôtelier, nous avons touché en tout 10.686 euros à aujourd’hui. En termes de perte d’exploitation, vous pouvez imaginer par rapport aux 700 salariés que l’on pouvait employer. Le problème est que le chômage partiel est pris en charge pour le moment, mais cette crise va durer, rappelle le vice-président de la branche hôtel du GNI, Groupement national des indépendants de l’hôtellerie-restauration, en Île-de-France. On ne va pas repartir dès le début avec les taux d’occupation antérieurs."

Des licenciements directs viennent d’être annoncés dans le secteur. "Ce sont des hôtels de grande capacité, de mille chambres chacun, décrypte Emmanuel Sauvage. Remplir des hôtels de cette capacité-là va être extrêmement compliqué. La capacité hôtelière parisienne n’était pas forcément saturée, mas déjà assez forte. Même en temps normal, il était déjà, contrairement à ce qu’on pourrait croire, difficile de remplir les hôtels." Vaut-il mieux carrément fermer ? "Nous avons décidé de rester ouverts depuis le 25 mai. Nous sommes de petits hôtels, entre 12 et 60 chambres. Pour un hôtel de 1.000 chambres, impossible d’ouvrir dans ces conditions. Grâce à l’activité partielle, nous avons pu optimiser le nombre de personnels par rapport au nombre de chambres louées. Nous arrivons à être ouverts sans perdre plus d’argent qu’en étant fermés. Mais c’est très compliqué à faire."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !