éditorial

L'édito de Yves de Kerdrel

Yves de Kerdrel Sud Radio Éditorialiste
Economie

Après le carburant, l’électricité repart elle aussi à la hausse !

Edito Economie
PHILIPPE HUGUEN / AFP

La grogne ne faiblit pas sur les prix de l’énergie, car on vient d’apprendre une forte hausse des prix de l’électricité en juin ?

Oui, EDF vient de confirmer que le prix de l’électricité va augmenter de 5,9 % dès le mois de juin prochain. C’est une hausse, parait-il, qui devait s'appliquer dès cet hiver, et qui avait été repoussée à la demande du gouvernement. Cette hausse des tarifs va impacter l’ensemble des consommateurs résidentiels, soit plus de 25 millions de foyers français. Et on estime qu’un foyer chauffé à l’électricité devra s’acquitter de 85 euros supplémentaires sur sa facture annuelle d’énergie. Plus de 3 millions de petites entreprises seront également touchées au portefeuille. EDF se défend en expliquant que l’été la consommation est moindre. Il n’empêche ca va faire mal au portefeuille des français. Et tout cela tombe au moment où les prix de l’essence à la pompe, comme celui du fioul bat de nouveau des records.

 

Mais pourquoi l’Etat n’interdit pas à EDF cette hausse ?

 

Tout simplement parce que l’Etat est dans une situation complètement schizophrénique. Première solution il laisse EDF augmenter ses tarifs, et il ré-ouvre la boite de Pandore des prix de l’énergie avec le risque de ranimer la fronde. Seconde solution : il bloque les prix, et il oblige EDF à vendre une partie de son électricité à perte. Or, EDF est dans une situation financière tendue avec beaucoup de dettes et d’importants investissements à faire avec le fameux EPR. Et si EDF perd de l’argent, ce sont tous les Français qui, in fine, devront remettre au pot. Si bien que dans ce cas de figure, l’Etat et le gouvernement n’ont que des coups à prendre. Mais c’est ce qui arrive, quand on entretient l’ambiguïté trop longtemps et qu’on veut faire croire que Jupiter peut régler tous les problèmes.

Alors qu’il y a 20 ans, même Lionel Jospin, avait reconnu que l’Etat ne peut pas tout.

Les rubriques Sudradio