single.php

Sommes-nous tous fétichistes ? La réponse de Brigitte Lahaie

Hommes et femmes sont plus ou moins fétichistes. En effet nous avons tous une prédilection pour une partie du corps, non ?

Sommes-nous tous fétichistes ? La réponse de Brigitte Lahaie
Tous les conseils de Brigitte Lahaie sont sur Sud Radio

Même si les fétichistes sont souvent des hommes, les femmes ont aussi leurs petites obsessions... Elles s'attarderaient plus sur les mains, le torse ou encore les fesses. Et oui, les femmes regardent les fesses des hommes souvent avec une certaine convoitise ! Néanmoins, les hommes étant particulièrement voyeurs, sans doute un résidu de leur instinct de chasseur, les artifices vestimentaires les excitent tout comme ils ont une attirance particulière pour certaines zones corporelles. Pour eux également ce sont les fesses qui arrivent en tête. Avant les seins, contrairement à ce qu'on pourrait croire.

Quand parle-t-on de fétichistes ?

Le fétiche est un objet symbolique qui semble avoir un pouvoir magique pour celui qui le chérit. Le fétiche n’a d’ailleurs pas forcément une connotation sexuelle, c’est par exemple aussi un porte- bonheur.

En fait le fétiche dans le domaine érotique pourrait être comparé au biberon du nourrisson ou encore au nounours de l’enfant. Les vêtements qui excitent sont d’ailleurs toujours proches de la peau comme le latex ou la soie à moins qu’ils ne soient proches d’un pelage comme la fourrure.

Les fétichistes font une fixation sur une partie du corps en particulier. Les fesses et les seins certes mais aussi les cuisses, les chevilles, la bouche, la chevelure ou les pieds. Toute femme a remarqué que son partenaire aura tendance à avoir besoin de toucher plus particulièrement une partie spécifique de son anatomie. Il y revient encore et encore, la caressant voire s’y agrippant parfois. Mais le fétichiste peut aller jusqu’à s’amouracher de cette partie du corps ou même d’un objet vestimentaire bien spécifique qui va de pair. Les chaussures à haut talons et les sous-vêtements comme le porte-jarretelles ou les bas étant les plus fréquents. Certains psys y voient un retour à l’enfance lorsque le petit garçon était dans les jupes de sa mère.

Avoir un partenaire fétichiste...

Sans chercher forcément une explication, il s’agit d’aider l'autre à accepter cette tendance fétichiste chez son partenaire sans y voir un rejet de sa personnalité dans sa totalité. Le fétichiste a besoin de toucher, de s’approprier (un temps) une partie du corps en particulier, comme pour se rassurer.

En revanche, quand, par exemple, l’homme ne peut jouir que lorsque sa partenaire a une tenue spécifique ou qu’il ne peut faire l’amour quand se frottant sur les cuisses de sa partenaire, il s’agit là d’une déviance et on pourra alors parler de paraphilie. Dans ce cas, se faire aider d'un.e psy ou d'un.e sexothérapeute sera indispensable pour que le couple perdure.

Sinon, « le fétichisme ordinaire » ne présente aucun danger dans une relation sexuelle, comme pour tout, il s’agit d’en sourire, d’en faire éventuellement un jeu excitant. A condition donc de ne pas en être totalement dépendant…

Brigitte Lahaie

 

A lire aussi : Fantasme : quand parle-t-on de comportement pervers ? La réponse de Brigitte Lahaie

Et retrouvez Brigitte Lahaie sur la page Facebook de l'émission !

L'info en continu
10H
09H
08H
23H
22H
20H
19H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/