Stéphane Simon : "Le drame de Samuel Paty m'a ciblé le cœur"

Stéphane Simon, journaliste indépendant, était l'invité de "Bercoff dans tous ses états" le 13 avril 2023 sur Sud Radio.

Stéphane Simon
Stéphane Simon, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Stéphane Simon est poducteur TV, éditeur de sites et chaînes web, fondateur de TéléParis, Outside films, RedVelvet, Front Populaire et Néo. Il publie un livre : "Les derniers jours de Samuel Paty, enquête sur une tragédie qui aurait dû être évitée" (Éditions Plon).

 

Stéphane Simon : "Jamais un drame comme celui de Samuel Paty n’aurait pu arriver à l’époque de mes grands-parents"

"Je suis arrière-petit fils de prof, et le drame de Samuel Paty m’a ciblé le cœur. J’ai encore les discussions de mes grands-parents, qui me parlaient de ce qu’ils avaient dû faire au nom des valeurs de la République, pour convertir ces petits enfants, qui parlaient le patois local, aux valeurs de la République. Je me souviens qu’ils étaient respectés par les enfants qui avaient pourtant vu les hussards noirs de la République en finir avec leurs ancêtres. Jamais un drame comme celui de Samuel Paty n’est arrivé et n’aurait pu arriver.

 


Cette enquête est née de l’idée : qu’est-ce qu'il s’est passé pour que la République soit, en un siècle, autant déréglée, pour qu’aujourd’hui les professeurs ne soit pas respectés mais menacés dans leur intégrité. Qu’est-ce qu'il s’est passé pour qu’on en soit là ? Dans mon livre je cite un sondage récent, fait sur 29.000 professeurs : 55% des professeurs et instituteurs veulent aujourd’hui quitter leur job. Dix ans avant, ils étaient 33%. Un prof sur deux a la trouille, un prof sur deux n’est pas à l’aise dans son job", a raconté Stéphane Simon.

"La haine envers Samuel Paty est partie d’un mensonge raconté par une élève"

Stéphane Simon a pris connaissance des éléments de l’enquête et sait ce qu'il s’est passé dans ce collège. "Le lendemain du cours avec les caricatures, une élève (mauvaise élève, disons-le) vient d’apprendre qu’elle va être virée. Elle a déjà eu 11 inscriptions au carnet de correspondance en un mois. Elle va dire à ses parents qu’elle s’est fait virer du cours parce qu’elle n’a pas voulu entendre ce discours de Samuel Paty et qu’elle a été particulièrement choquée. Or, l’enquête a établi qu’elle n’était pas là ce jour-là. Le père de cette fille va dire qu’on a foutu à la porte sa fille par islamophobie et qu’il y a un professeur voyou qui s’appelle Samuel Paty qui l’a virée à la porte pour pouvoir montrer des dessins du Prophète nu. Vous voyez le niveau de l’accusation. Et ce père ne reviendra jamais sur la version de sa fille.

 


Le père va faire appel à un autre homme, qui se présente au collège comme étant le représentant des imams de France. C’est un islamiste connu, qui est connu pour ses positions antisémites. Ils vont vouloir être reçus tout de suite par la principale. Elle les fait patienter une demi-heure sur le parking. Ils arrivent et disent : 'Madame, si nous étions juifs, nous aurions été reçus immédiatement'. Puis, c’est un dialogue de sourds. La principale est extrêmement embarrassée par ce qu'il se passe. Elle a beau proposer au père de rencontrer Monsieur Paty, il ne veut pas voir ce professeur voyou, il exige son renvoi. On a des islamistes sans gène qui se croient autorisés à tout", a raconté Stéphane Simon.

 

 

À lire aussi :

Retrouvez “Le face à face” d'André Bercoff chaque jour à 12h30 dans "André Bercoff dans tous ses états" Sud Radio.


Revenir
au direct

À Suivre
/