single.php

Une pétition veut inscrire une phrase pour lutter contre le viol sur les préservatifs : "cette vision de la sexualité est déprimante" regrette Élisabeth Lévy

Une pétition a été lancée pour inscrire une phrase rappelant la nécessité d’un "consentement libre" avant tout acte sexuel. Une idée ridicule pour notre éditorialiste Élisabeth Lévy.

preservatifs

Ce vendredi, une pétition qui a recueilli 16.000 signatures en un mois a attiré l'attention d'Élisabeth Lévy.

Cette pétition a été lancée par Eléonore Nouel, fondatrice de l’asso sexe et consentement. Pour lutter contre les violences sexuelles, elle demande qu’on inscrive une "phrase rappelant la nécessité d’un consentement libre, éclairé et enthousiaste avant tout acte sexuel" sur les emballages de préservatifs, des jouets à caractère sexuel et les sites de rencontre. Ça serait sur le modèle de l’inscription manger-bouger sur les pubs pour les cochonneries sucrées. Cette croisade a été soutenue par le planning familial et par l'ONU France. 

Cependant, rassurez-vous: si vous faites l’acquisition de menottes ou autres jouets érotiques, il n’y aura pas de photos de viols sur l’emballage, ni d’inscription "le sexe nuit gravement à la santé" : il ne s’agit pas de "décourager l’achat des produits importants pour la santé publique". 

L'objectif de cette mesure ? Faciliter "l’ouverture de discussions sur la sexualité et le consentement dans les écoles et universités, dans les foyers et sur la place publique". Entre la poire et le fromage, les parents pourront sortir une boite de capotes. N’oublie pas chéri : quand une femme dit non, c’est non. Et on imagine les débats en classe quand les profs brandiront des sex toys devant des ados hilares. 

Tout ça est un peu ridicule mais cette pétition soulève un problème est réel non ?

Certes, mais on voit rarement des gens jeter leur paquet de chips après avoir lu les fameux avertissements. Même les photos dégoûtantes de malades en phase terminale sur les paquets de cigarettes ne dissuadent pas les fumeurs. On imagine mal un violeur ou un homme trop insistant stoppé net au moment où il s’apprête à utiliser un préservatif : "c’est vrai elle n’était pas enthousiaste…" 

Cette vision de la sexualité est déprimante comme si l’agression, la prédation, la violence étaient la norme. En prime, ce manifeste est un terrible esprit de sérieux. J’ai une proposition plus radicale: inscrivons sur tous les produits la mention "défense de rire".

À lire aussi :

"Zemmour ? Face au diable, le candidat raisonnable gagne forcément jusqu’au jour..." : l'analyse d'Élisabeth Lévy

"Zemmour ? Parce qu'il fait ce constat atterrant, il donne de l'espoir" : Lévy sans interdit avec Élisabeth Lévy

L'info en continu
06H
05H
04H
02H
23H
22H
20H
19H
18H
17H
16H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/