Notre-Dame de Paris : "Le chef de l'État aura le dernier mot sur la reconstruction de la flèche"

Anne Brugnera, députée LREM du Rhône et rapporteure du projet de loi sur la restauration de Notre-Dame de Paris, était "L’invitée de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 16 juillet.

Le projet de loi pour la restauration de Notre-Dame de Paris devrait être adopté mardi 16 juillet à l'Assemblée.

Il y a trois mois jour pour jour, des pans entiers de la cathédrale Notre-Dame de Paris ont été détruits par un gigantesque incendie. L'Assemblée nationale doit donner son feu vert définitif mardi 16 juillet au projet de loi devant encadrer sa restauration, lors du vote en lecture définitive.

 

"C'est un texte d'équilibre parce qu'il fallait gérer à la fois l'urgence et le temps long"

Pourra-t-on dire que l'après-incendie est acté ? "Tout à fait, nous allons adopter le texte dans sa version définitive, confirme Anne Brugnera, députée LREM du Rhône et rapporteure du projet de loi sur la restauration de Notre-Dame de Paris. C'est un texte décisif sur lequel nous avons réussi à nous mettre d'accord, entre députés et sénateurs. C'est un texte d'équilibre parce qu'il fallait gérer à la fois l'urgence de la restauration pour que la cathédrale ne se dégrade pas plus, et le temps long, pour une restauration qui va être exemplaire".

Emmanuel Macron a répété qu'il voulait que ça aille vite. Quel calendrier la loi va-t-elle imposer ? "Le président de la République a fixé un objectif ambitieux de cinq ans. Ce délai est nécessaire, car ce chantier réunira de nombreux corps de métiers, il va falloir l'organiser. Aujourd'hui, le diagnostic de la cathédrale n'est pas terminé. C'est une fois qu'il le sera que nous saurons combien de temps prendront les travaux".

"Le chef de l'État aura le dernier mot sur la reconstruction de la flèche"

Le texte a essuyé beaucoup de critiques, notamment sur la possibilité du gouvernement de légiférer par ordonnances, pour faciliter les travaux. En aurez-vous besoin ? "Entre la première et la deuxième lecture, nous avons fortement réduit le champ des ordonnances. Nous ne savons pas encore si nous en aurons besoin, mais nous gardons cette possibilité au cas où, pour que le chantier se fasse au mieux".

Le renouveau de Notre-Dame est donc lancé. Il y a la question de la flèche, et de sa reconstruction à l'identique ou pas. "C'est un débat qui a eu lieu dans l'hémicycle et avec la société entière. Pour nous, cela ne relève pas des députés : nous avons des experts du patrimoine, qui feront des préconisations. Le chef de l'État aura le dernier mot".

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !