Nos élus sont-ils payés au juste prix ?

Nos élus sont-ils correctement payés ? C'est le débat du jour avec Véronique Jacquier dans "Info Vérité" sur Sud Radio, le 13 mars 2019. Avec pour invités :
- Vanik Berbérian, maire de Gargilesse-Dampierre dans l’Indre (292 habitants), et président de l’Association des maires ruraux de France ;
- Jean-Luc Touly, président du FRICC (Front républicain contre la corruption), auteur du livre Les recasés de la République (First) ;
- Alexandre Vesperini, conseiller de Paris (divers droite) et conseiller métropolitain du Grand Paris ;
- Nicolas Lecaussin, directeur de l’IREF (Institut de recherches économiques et fiscales), auteur de l’ouvrage Les donneurs de leçons : Pourquoi la France est en vrac ! (éditions du Rocher).

Info Vérité est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Thumbnail
La commune de Signes est en deuil après le décès de son maire. Jean-Mathieu Michel.

La maire de Paris a révélé hier son salaire lors d’une interview accordée au Parisien : 6.500 euros net. Est-ce choquant pour l'édile d'une si grande ville ?

La fonction appelle le prestige

"Non, ce n’est pas choquant, estime Véronique Jacquier. Anne Hidalgo est la super-chef d’une entreprise qui s’appelle Paris. Elle a 52.000 agents sous ses ordres. Son salaire se cumule avec une indemnité d’environ 1.000 euros car elle est vice-présidente de la métropole du Grand Paris. 7 500 euros, c’est moins qu’un préfet, qu’un haut-fonctionnaire ou que le maire d’une grande ville étrangère. En Allemagne, l’élu gagne autour de 15.000 euros".

À cela s'ajoutent les avantages liés à son statut de maire de Paris : une voiture avec chauffeur et un appartement à l’Hôtel de Ville qu’elle n’occupe pas. Mais la fonction appelle le prestige : Anne Hidalgo est à même de recevoir les grands de ce monde comme elle l’a fait avec la reine d’Angleterre. "La démocratie a un coût. Il faut l’assumer", estime Véronique Jacquier. Concrètement, le maire d’une commune de 500 habitants ou moins touche 650 euros brut ; l’édile d’une ville de plus de 100.000 habitants, 5 500 euros brut. Mais en France, plus de la moitié des communes comptent moins de 10.000 habitants. Les maires gagnent moins de 2.100 euros brut. Ils peuvent cumuler avec des sièges dans les intercommunalités. "Mais l’argent qu’ils touchent n’est pas à la hauteur de leur investissement 7 jours sur 7, presque 24 heures sur 24. Si un maire sur deux ne veut pas se représenter en 2020, la considération financière n’y est pas pour rien." 

Des indemnités fiscalisées

Pourrait-on donner un coup de pouce pour les maires de nos petites villes ? En effet, un rapport sénatorial le suggère pour les communes de plus de 1.000 habitants. D'autant plus que les maires des petites communes ont vu toutes leurs indemnités fiscalisées avec le prélèvement à la source. "Donc, non seulement ils sont nombreux à ne pas gagner grand-chose mais en plus, ils paient plus d’impôt." Pour qu’ils soient payés au juste prix, il faudrait revoir le statut de l’élu. Une augmentation des indemnités serait possible, mais avec l'obligation de prendre une retraite complémentaire. "Il faudrait aussi ouvrir les allocations en fin de mandat aux adjoints dans les communes de moins de 10.000 habitants, pour former de nouveaux élus. Car si pour la mairie de Paris, la bataille est déjà engagée, partout ailleurs, il y a urgence à susciter des vocations."

"Il existe une disparité très forte entre élus de petites communes et 'grands élus', estime Vanik Berbérian, maire de Gargilesse-Dampierre, dans l’Indre, et président de l’Association des maires ruraux de France. D’autres élus, comme les conseillers départementaux ou régionaux, ont un temps d’investissement moindre et des indemnités bien plus confortables qu’un maire rural. Ils peuvent cumuler, et certains élus sont assez gourmands. Pour un maire rural, il n'y a pas de voiture de fonction. La mienne a 430.000 km. C’est une réalité, nous sommes corvéables à merci mais on le fait par passion. Si nous voulons davantage de jeunes, de salariés, de femmes, il va falloir s’intéresser au statut des élus".

Cliquez ici pour écouter ”Info Vérité” présentée par Véronique Jacquier

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !