single.php

Mobilisations propalestiniennes: le procès d'un manifestant repoussé au 14 juin

Le procès d'un étudiant de 24 ans, interpellé après l'évacuation mardi soir de militants propalestiniens de l'université de la Sorbonne à Paris et soupçonné de violences sur un vigile, a été reporté vendredi au 14 juin.

Miguel MEDINA - AFP

Le procès d'un étudiant de 24 ans, interpellé après l'évacuation mardi soir de militants propalestiniens de l'université de la Sorbonne à Paris et soupçonné de violences sur un vigile, a été reporté vendredi au 14 juin.

Cet étudiant en droit à l'université de Nanterre, ancien bénévole dans une association d'aides aux plus précaires, sera jugé pour violences sur une personne exerçant une activité privée de sécurité, avec ITT (incapacité totale de travail) inférieure à huit jours, et un refus de donner le code de déverrouillage de son téléphone. Deux infractions qu'il conteste.

Présenté en comparution immédiate vendredi, le jeune homme, portant des lunette noires, un T-shirt à manches longues gris et un survêtement noir, a demandé un délai pour être jugé.

Le tribunal correctionnel l'a placé d'ici-là sous contrôle judiciaire, avec notamment interdiction de paraitre à la Sorbonne et aux abords et obligation de pointer une fois par semaine au commissariat.

Quelques dizaines de personnes s'étaient rassemblées en début d'après-midi devant le tribunal judiciaire, scandant "libérez Luiggi, libérez la Palestine".

Plusieurs de ses soutiens ont assisté à l'audience.

Le tribunal n'a pas suivi le parquet, qui avait requis le placement du prévenu sous mandat de dépôt en soulignant la mention d'une condamnation à son casier judiciaire, et un risque qu'il recommence ou qu'il ne se présente pas à son procès.

L'avocate du prévenu, Me Elsa Marcel, a elle affirmé que "rien ne permet d'établir l’imputabilité de l'infraction", qu'il n'y a "pas de vidéo, pas de témoins", et que "la version du vigile est très confuse".

Selon elle, la comparution de son client ne peut s'expliquer qu'au regard de "l'offensive généralisée contre les libertés démocratiques".

Cet étudiant fait partie des 86 personnes placées en garde à vue à la suite de l'évacuation de l'université de la Sorbonne mardi soir.

Sur ce total, 34 se sont soldées par un classement sans suite, tandis que plus de la moitié ont été levées afin de poursuivre l'enquête en préliminaire, avait indiqué le parquet mercredi.

Mardi soir, les forces de l'ordre sont de nouveau intervenues dans l'université de la Sorbonne et devant Sciences Po Paris pour mettre fin à des rassemblements et des actions de blocage de militants propalestiniens, en écho aux messages répétés de fermeté du gouvernement.

AFP / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
09H
08H
07H
04H
00H
23H
22H
Revenir
au direct

À Suivre
/