L'exécutif va baisser la vitesse à 80 km/h sur les nationales et départementales

Photo d'illustration

INFO SUD RADIO. Édouard Philippe a annoncé un comité interministériel sur la sécurité routière mardi prochain. Au menu, l'abaissement de la vitesse à 80km/h sur certaines routes.

Selon une source gouvernementale, l'abaissement de 90 à 80 km/h sur les nationales et départementales sera en effet bien confirmé et officialisé mardi prochain lors de ce comité interministériel.

 

Pour le gouvernement, il est hors de question de reculer sur cette question et il faut aller jusqu'au bout. L'exécutif est persuadé que c'est la bonne solution pour faire baisser le nombre de morts sur les routes. Les experts évoquent 300 à 400 vies supplémentaires sauvées chaque année. Du coté du gouvernement, on estime que les chiffres comme ceux de Décembre 2017, 9 victimes de la route en moyenne par jour (chiffre Sud Radio), ne sont pas tolérables et qu'il faut donc serrer la vice.

Il s'agit donc de mettre les automobilistes au pas et pas que sur la question de la vitesse. Ainsi, il y aura également l'annonce du renforcement des radars, avec notamment la poursuite de la privatisation de la conduite des voitures radar, Dans le viseur du gouvernement, le téléphone portable au volant et l'alcoolémie en abaissant par exemple le taux légal à 0 pour l'ensemble des conducteurs. C'est ce que l'on appelle la tolérance zéro. Enfin, un contrôle médical aux conducteurs âgés est en vue et un contrôle technique régulier aux deux roues.

Bref, c'est bien une politique répressive, la politique du bâton, qui a été choisie et qui va permettre à l'État de d'empocher au passage beaucoup d'argent.

On peut se lever deux ou trois minutes plus tôt

Invité politique du Grand Matin Sud Radio, Jean-Baptiste Lemoyne a confirmé la décision du gouvernement. "Dans l’Yonne, nous sommes expérimentateurs de cette mesure sur une départementale, a-t-il expliqué. J’ai pu pratiquer ce 80 à l’heure. On s’y fait. C’est important cette mesure parce que la mortalité sur les routes est repartie à la hausse depuis 3 ans. Je me suis engagé en 2002. Chirac avait fait de ce chantier un chantier phare. Deux tiers des accidents ont lieu sur ces routes à deux voies, sans balustrade centrale. À un moment, il faut prendre des mesures. À 80 ou 90 km/h, si vous avez vingt kilomètres à parcourir, ça vous prendra deux ou trois minutes de plus. On peut se lever deux ou trois minutes plus tôt."

 

 

Les rubriques Sudradio