L'exécutif va baisser la vitesse à 80 km/h sur les nationales et départementales

Photo d'illustration

INFO SUD RADIO. Édouard Philippe a annoncé un comité interministériel sur la sécurité routière mardi prochain. Au menu, l'abaissement de la vitesse à 80km/h sur certaines routes.

Selon une source gouvernementale, l'abaissement de 90 à 80 km/h sur les nationales et départementales sera en effet bien confirmé et officialisé mardi prochain lors de ce comité interministériel.

 

Pour le gouvernement, il est hors de question de reculer sur cette question et il faut aller jusqu'au bout. L'exécutif est persuadé que c'est la bonne solution pour faire baisser le nombre de morts sur les routes. Les experts évoquent 300 à 400 vies supplémentaires sauvées chaque année. Du coté du gouvernement, on estime que les chiffres comme ceux de Décembre 2017, 9 victimes de la route en moyenne par jour (chiffre Sud Radio), ne sont pas tolérables et qu'il faut donc serrer la vice.

Il s'agit donc de mettre les automobilistes au pas et pas que sur la question de la vitesse. Ainsi, il y aura également l'annonce du renforcement des radars, avec notamment la poursuite de la privatisation de la conduite des voitures radar, Dans le viseur du gouvernement, le téléphone portable au volant et l'alcoolémie en abaissant par exemple le taux légal à 0 pour l'ensemble des conducteurs. C'est ce que l'on appelle la tolérance zéro. Enfin, un contrôle médical aux conducteurs âgés est en vue et un contrôle technique régulier aux deux roues.

Bref, c'est bien une politique répressive, la politique du bâton, qui a été choisie et qui va permettre à l'État de d'empocher au passage beaucoup d'argent.

On peut se lever deux ou trois minutes plus tôt

Invité politique du Grand Matin Sud Radio, Jean-Baptiste Lemoyne a confirmé la décision du gouvernement. "Dans l’Yonne, nous sommes expérimentateurs de cette mesure sur une départementale, a-t-il expliqué. J’ai pu pratiquer ce 80 à l’heure. On s’y fait. C’est important cette mesure parce que la mortalité sur les routes est repartie à la hausse depuis 3 ans. Je me suis engagé en 2002. Chirac avait fait de ce chantier un chantier phare. Deux tiers des accidents ont lieu sur ces routes à deux voies, sans balustrade centrale. À un moment, il faut prendre des mesures. À 80 ou 90 km/h, si vous avez vingt kilomètres à parcourir, ça vous prendra deux ou trois minutes de plus. On peut se lever deux ou trois minutes plus tôt."

 

 

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Tati Danièle
- Jeudi 4 janvier 2018 à 18:57
le tabac tue 80000 personnes et l'état continu a "dealer" ! combien de personnes utilisent l'auto quotidiennement par rapport aux années 70, 80, 90 ... combien de kilomètres fait on aujourd'hui pour aller travailler, sortir, voir la famille par rapport aux mêmes années ? Acheter une voiture coute hyper cher, je vends la mienne et achète un 2 roue 125 cc avec un risque plus élevé ? pourquoi ne pas brider les auto a 80 alors ? hypocrisie de législateur qui ont des chauffeurs et ne conduisent pas eux mêmes ?
Tati Danièle
- Jeudi 4 janvier 2018 à 19:01
le tabac tue 80000 personnes et l'état continu a "dealer" ! combien de personnes utilisent l'auto quotidiennement par rapport aux années 70, 80, 90 ... combien de kilomètres fait on aujourd'hui pour aller travailler, sortir, voir la famille par rapport aux mêmes années ? Acheter une voiture coute hyper cher, je vends la mienne et achète un 2 roue 125 cc avec un risque plus élevé ? pourquoi ne pas brider les auto a 80 alors ? hypocrisie de législateur qui ont des chauffeurs et ne conduisent pas eux mêmes ?
Michel Ange
- Samedi 6 janvier 2018 à 09:09
Il est vrai que les accidents mortels sur les routes ont fortement baissé souvenez-vous les années 70 plus de 18000 décès à présent aux alentours de 4000 par an. Sans compter l'augmentation exponentielle des véhicules sur le réseau routier.
Mais je dois aussi dire que les véhicules sont beaucoup mieux sécurisés (air bag, anti patinage, autos conçus pour se déformer, absorber les chocs, ceintures...).
Mais quasiment les accidents mortels sont dû à l'alcool et au "H". En l'espace de 10 ans j'ai dû être contrôlé 1 fois. Il faut ajouter que la procédure concernant l'alcoolomie au volant est très lourde et mobilise bon nombre d'agents. Résultat : Mettons des radars pour simplifier les choses et rapporter un max dans les poches de l'Etat.
Au fait le montant de ces contraventions étaient soit disant pour améliorer le réseau routier, encore et encore des fakes news, attention à la future nouvelle loi messieurs nos "chers" dirigeants !!!!!!!!!!!!!!!!!!.
Francis
- Mardi 9 janvier 2018 à 10:41
La mesure est arbitraire et purement bureaucratique. Le but est de faire du fric et de la com sans prendre de décision efficace.
Dans les Landes, par exemple, de nombreux poids lourds (très largement étrangers en transit ou en cabotage) vu le prix des autoroutes dégradent les routes secondaires sans contribuer à leur entretien. Merci à S. Royal, lucrativement recyclée en ambassadrice des pingouins, pour la suppression des portiques (en gros 1 millard de coût et perte de 1 millard de recettes annuelles) dont les recettes auraient aidé à l'entretien des routes.
Où en est le ferroutage qui paraît plus qu'évident sur l'axe avec l'Espagne et le Portugal sur le plan de la sécurité et de l'écologie. Ecologie dont on nous rabat les oreilles pour justifier l'augmentation des taxes sur le carburant alors que c'est un autre racket.
Et il est question d'une taxe de circulation pour soit-disant l'entretien des routes..
Si les politiques se déplaçaient, en "province" comme il disent, sans chauffeur en payant leurs PV et en perdant des point, ils verraient la difficulté de respecter les limitations sans avoir le nez collé au compteur en de nombreux endroits. Il y a de trop nombreuses limitations à arbitraires à 70, 60, 50 ou 30 km/h qu'il serait grand temps d'uniformiser. Des panneaux clignotants, la technologie existe, sont efficaces pour avertir aux endroits où il est nécessaire de limiter le vitesse. Ce serait de la vraie prévention mais ce serait autant de fric non racketté, donc non applicable.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio