single.php

La Poste expérimente des bureaux de poste itinérants en zone rurale

Pour "dynamiser sa présence au coeur des zones rurales", La Poste lance vendredi des bureaux de poste itinérants dans cinq départements sous la forme de camions jaunes amenés à sillonner des territoires isolés de France hexagonale.

LOIC VENANCE - AFP/Archives

Pour "dynamiser sa présence au coeur des zones rurales", La Poste lance vendredi des bureaux de poste itinérants dans cinq départements sous la forme de camions jaunes amenés à sillonner des territoires isolés de France hexagonale.

"C'est la reprise d’un concept ancien de La Poste", qui date des années 1960-70, quand "le fourgon de La Poste - le HY jaune de Citroën - allait à la rencontre des Français sur leurs lieux de travail, ou l’été à la plage, au camping, etc.", a raconté Nathalie Collin, la directrice générale adjointe Grand Public et Numérique de La Poste, à Ouest-France.

Cette expérimentation lancée vendredi à Champosoult (Orne) sera opérationnelle mardi 23 avril dans trois départements - l'Orne, la Creuse et la Haute-Marne - et samedi 27 dans le Gers et le Jura, peut-on lire dans un communiqué transmis à l'AFP.

Ces cinq camions jaunes Renault Trucks Masters circuleront pendant un an et devraient permettre de toucher 13.000 habitants dans 40 communes.

Budget de l'expérimentation : un million d'euros, a dévoilé Mme Collin à Ouest-France.

Dans ces bureaux itinérants, les usagers pourront acheter des produits postaux, affranchir des lettres, colis et recommandés, souscrire aux services séniors, accéder aux offres de téléphonie et Internet mais aussi réaliser des opérations bancaires pour les clients de la Banque Postale et prendre rendez-vous avec un conseiller bancaire (particuliers et professionnels).

Il ne sera en revanche pas possible d'effectuer des retraits de liquide sauf dans le camion qui circulera dans la Creuse, a précisé Nathalie Collin à Ouest-France.

"C’est évidemment très compliqué d’installer des distributeurs de billets dans les camions en termes de matériel et aussi de sécurité mais on a décidé de le tester quand même dans un camion, celui qui circulera dans la Creuse", a dit la directrice générale adjointe.

"C’est un test dans le test, qui coûte cher car, au-delà du distributeur, il nous faut deux postiers au lieu d’un, pour la sécurité", a-t-elle ajouté.

AFP / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
16H
15H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/