single.php

Insécurité, trafic de drogue… Comment vit-on dans le centre de Lyon ?

Par Jean Baptiste Giraud

En direct de Lyon avec Patrick Roger, retour sur les causes de l’insécurité croissante dans le centre-ville lyonnais.

lyon
Insécurité croissante dans les quartiers de Lyon. (Nicolas Guyonnet / Hans Lucas AFP).

Quelle est la situation dans le centre-ville de Lyon ? Son image positive est de plus en plus contrebalancée par l’essor de trafics.

Lyon : "Toujours des circonstances atténuantes"

"On rencontre des problèmes de fixation dans certains endroits, explique Gilles Querrien, président du CIL (Comités d'Intérêts Local). On a l’impression que la ville nous écoute mais ne nous entend pas. Les interventions sont toujours très lentes. Souvent, les solutions sont partielles, on ne fait que mettre des rustines." La situation s’aggrave-t-elle ? "Il y avait déjà des problèmes, mais cela s’est cristallisé. À la Guillotière, un certain trafic a toujours existé, mais plus diffus. Les gens venaient au marché de la misère."

Pourquoi ces poches d’insécurité dans les quartiers du centre de Lyon ? "Le vrai problème est que les centres d’accueils sont insuffisants. La drogue est un moyen facile pour avoir de l’argent quand on n'a aucune qualification. Autour, vous avez aussi l’alcool, et les personnes sont incontrôlables." Vers qui se tourner ? "Il y a beaucoup de réunions, nous sommes là pour appuyer ce que disent les habitants, qui témoignent, font des films. Tenir compte de ce qui est dit est très difficile. Il y a toujours des circonstances atténuantes."

 

"Ma femme ne se sent plus en sécurité"

Jean-Michel Mariage, membre du conseil d'administration du CIL, a vécu à la Guillotière et a quitté le quartier. "J’ai quitté le quartier car ma femme qui habitait dans un autre quartier a subi des agressions, des harcèlements et ne voulait plus venir. C’était insupportable pour elle. C’est la principale raison qui m’a conduit à quitter le quartier pour celui de Gerland où je suis depuis un an. Malheureusement, j’y constate les mêmes dérives."

"En une semaine, le magasin bio a déposé deux plaintes, une pour vol, l’autre pour menace de mort. Maintenant, ils ont fait venir un vigile et se sentent plus en sécurité. Ma femme ne se sent plus en sécurité à Lyon, elle souhaiterait quitter la ville. D’origine asiatique et de petite taille, elle est vue comme une personne vulnérable, et plus harcelée que quelqu’un d’autre. Elle évite de sortir."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

Tous les Faits Divers à Lyon sur le site Lyon Capitale.

L'info en continu
07H
04H
03H
23H
21H
20H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/