Gaspard Koenig : "Le Pass représente une diminution marginale des risques mais pas du tout une protection absolue contre la contamination"

Arthur de Laborde recevait Gaspard Koenig, philosophe et fondateur du think-tank Génération Libre, lors du "12-13h de l’été" du mardi 27 juillet 2021.

Gaspard Koenig, invité du "12-13h de l'été" sur Sud Radio.

Gaspard Koenig, philosophe et fondateur du think-tank Génération Libre, était l’invité d’Arthur de Laborde dans le "12-13h de l’été" du mardi 27 juillet 2021. Ensemble, ils sont revenus sur les mesures prévues dans le texte de loi sanitaire.

Gaspard Koenig : "Le Pass sanitaire est un exercice de bureaucratisation"

Le philosophe et fondateur du think-tank Génération Libre, Gaspard Koenig, a entamé un tour de France pour récolter les histoires des Français face à l’enfer de l’Administration. "Je récolte des histoires que je poste sur le site vieplusimple.fr, donc c’est un exercice de recueils et il y a de quoi se taper la tête contre les murs. Les gens vivent sous la camisole de force de l’Administration", explique-t-il à Arnaud de Laborde et estime que "le Pass sanitaire est un exercice de bureaucratisation comme on a peu connu". 

Pour lui, l’instauration du Pass sanitaire souhaitée par le gouvernement et approuvée par le Parlement est "une illustration parfaite de la manière dont on produit de la norme en France, c’est-à-dire de manière centralisée et n’importe comment en rentrant dans le moindre détail de la vie des gens et sans faire aucune confiance à l’individu." Un manque de confiance qui nuit gravement à la politique sanitaire mais aussi aux citoyens. 

"La possibilité de la vaccination universelle doit changer la politique sanitaire"

Face à cette instauration du Pass sanitaire, "les Français y réagissent et c’est heureux", estime Gaspard Koenig qui trouve ces manifestations intéressantes puisqu’en France "normalement, on manifeste pour avoir plus de fric ou plus de droits et là, les gens manifestent avec des pancartes ‘liberté’". Le philosophe qui se positionne contre le Pass sanitaire, soutient cependant fondamentalement le vaccin. "Je suis très favorable à la vaccination, je suis vacciné moi-même mais je considère que premièrement, quand le vaccin est disponible, efficace, gratuit et universel comme c’est le cas aujourd’hui, et bien, c’est à chacun de prendre ses responsabilités", explique-t-il. 

Ainsi, pour Gaspard Koenig, le gouvernement ne suit pas la bonne voie. "La possibilité de la vaccination universelle doit changer la politique sanitaire parce que ça devient une question de responsabilité individuelle dans la limite de saturation des services hospitaliers". Il estime également qu’il y a un problème d’image autour de ce Pass qui est présenté comme "une sorte de sésame, de bouclier". Gaspard Koenig rappelle que l’on "peut être vacciné et contagieux ", ce qui signifie que "le Pass représente une diminution marginale des risques mais pas du tout une protection absolue contre la contamination."

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !