Entrée payante dans les cathédrales : "La démarche est différente"

La cathédrale Notre-Dame de Paris ©LIONEL BONAVENTURE - AFP
La cathédrale Notre-Dame de Paris ©LIONEL BONAVENTURE - AFP

Monseigneur Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, n'est pas favorable à l'idée de faire payer l'entrée de certaines églises et cathédrales, avancée par Stéphane Bern.

Missionné par Emmanuel Macron pour élaborer un plan de sauvegarde du patrimoine français, Stéphane Bern estime qu'il est "urgent" d'imposer une entrée payante aux cathédrales pour leur permettre de subvenir aux besoins d'entretien et de restauration. Une proposition qui est loin de faire l'unanimité dans les rangs de l'Église. Monseigneur Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ne veut pas que le site historique devienne un musée comme les autres.

"Il faut que les touristes deviennent des pèlerins, des fidèles, a-t-il expliqué. Ce n'est pas du prosélytisme, mais simplement, il s'agit d'éveiller en eux le désir de voir Dieu. Naturellement, une entrée payante, ce sera autre chose parce que la démarche est différente. Je paie pour visiter un lieu. Là, j'entre pour rencontrer, pour faire une expérience, avec quelqu'un, et pas uniquement le Christ, mais quelqu'un qui nous dépasse. Quand vous payez, vous avez votre ticket et vous avez le droit de visiter. Moi, je ne veux pas être dans le droit, je veux être dans le bonheur. Et dans le bonheur, tout est gratuit."

Propos recueillis par Clément Bargain pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Francis
- Mardi 14 novembre 2017 à 08:45
Les touristes payent déjà une taxe de séjour qui servirait (?) à entretenir les infrastructures qu'ils dégraderaient (?). Non seulement la France taxe tout ce qui bouge mais s'en prend même aux étrangers de passage. Faire payer l'entrée des cathédrales c'est encore une taxe sous une autre forme.
On parle beaucoup dans le presse des paradis fiscaux. S'il y a des paradis c'est qu'il y a des enfers...et le France est un enfer fiscal et bureaucratique.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio