Dr Reichman : "Se désengager de la Sécu, c'est être mieux assuré et gagner plus d'argent"

Dr Claude Reichman : "Se désengager de la sécu, c'est être mieux assuré et gagner plus d'argent"

Le Docteur Claude Reichman, chirurgien-dentiste et président fondateur du MLPS (Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale), était ce mercredi l'invité de Philippe Verdier dans le Grand Matin Sud Radio.

Comme chacun le sait, la sécurité sociale est une obligation en France et pourtant chacun est libre de s'en désengager, de s'en libérer et de choisir son mode de couverture. C'est en tout cas ce qu'affirme le Docteur Claude Reichman, président fondateur du MLPS (Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale).

"Un bénéfice de l'ordre de 30 à 40%, par rapport au revenu précédent"

Invité ce mercredi de Philippe Verdier dans le Grand Matin Sud Radio, ce chirurgien-dentiste affirme en effet que le régime de protection obligatoire n'est pas la seule alternative dans le pays. "On peut se libérer de la sécurité sociale parce que l'Europe en a décidé ainsi depuis 1992 et que cette décision était logique puisqu'à partir du moment où vous faites de l'Europe un espace sans frontières, il est normal qu'il n'y ait plus de monopole", indique-t-il ainsi, rappelant au passage que "personne n'a été surpris quand on a supprimé le monopole de la SNCF". "La sécurité sociale est exactement dans la même situation, c'est une assurance", poursuit-il, citant ainsi l'exemple d'un ressortissant allemand jouissant de sa propre assurance et qui ne pourrait pas s'installer sur le territoire français si d'aventure on lui imposait le monopole du régime local obligatoire. Une impossibilité due au fait qu'il "devrait payer deux fois".

Comment peut-on concrètement se désengager de la sécurité sociale française afin de s'affilier à un autre organisme d'assurance ? "Les démarches sont d'une simplicité biblique : vous écrivez à la sécu pour leur dire que vous vous désengagez, en ayant préalablement contracté une assurance auprès d'une société, d'une mutuelle française ou européenne", répond-t-il, ajoutant "qu'à partir de ce moment-là, vous faites un bénéfice de l'ordre de 30 à 40%, par rapport à ce que vous gagniez précédemment". "Vous êtes mieux assuré et, en plus, vous gagnez beaucoup plus d'argent. On résout, d'un seul coup, le problème français qui est le manque de moyens", insiste-t-il encore, rappelant qu'il y a "9 millions de pauvres" dans le pays. Dit comme ça, le tableau semble donc idyllique ! Pourtant, lorsque l'on consulte le site officiel de la Sécu, il est bien mentionné que cette dernière est obligatoire et que celui ou celle qui s'en désengage risque une peine 3 ans de prison ainsi qu'une amende de 45 000 euros. Selon le Dr Reichman, s'il s'agit bien d'un délit au yeux de la loi, il n'en est rien dans les faits. "C'est à la fois vrai sur le papier mais totalement faux puisque ce simple énoncé doit être écarté immédiatement par les tribunaux en vertu de la primauté du droit communautaire (européen)", rétorque-il ainsi, arguant du fait que "l'Europe dit que l'on peut s'assurer librement pour la maladie, la retraite et le chômage" et qu'"à partir de ce moment là, vous êtes dans une situation parfaitement légale".

"Même si la sécurité sociale pratique le mensonge d'État pour essayer de dissuader les gens de quitter le système, il n'empêche qu'elle est totalement désavouée à tout moment par les lois européennes et par conséquent, son mensonge s'effondre", conclu-t-il, affirmant que "500 000 Français" ont déjà franchi le pas.

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview de , invité du Grand Matin Sud Radio

 

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

MumuP
- Mercredi 3 janvier 2018 à 14:41
Je souhaiterais savoir si ce brave monsieur, qui n'éprouve aucun scrupule à pousser les gens à entrer dans l'illégalité, a lui aussi quitté le système ou ne profite pas d'une retraite versée par la tant décriée Sécurité sociale ....
Janine la ninja
- Mercredi 3 janvier 2018 à 14:45
Ce monsieur oublié un principe de base en droit communautaire ... le principe de subsidiarité qui dispose que chaque pays est libre de gérer comme il le veut certaines prérogatives (ici la Sécurité sociale)
La France est donc en mesure de rendre obligatoire la Sécurité sociale pour TOUS ses concitoyens sans avoir à en rendre de compte à l'Europe
Gilles de Nancy
- Mercredi 3 janvier 2018 à 15:17
Vous avez raison Janine. Cependant, chaque a le droit de choisir son système de sécurité sociale, à condition que ce système soit universelle. Or, ce n'est absolument pas le cas. La solidarité oui mais tout le monde....
Stéph
- Mercredi 3 janvier 2018 à 23:26
Pauvre MumuP, comment tu peux parler de scrupules sans rien savoir ??
Tu sais qu'un profession libérale qui se retrouve en arrêt maladie de 3 mois (ça m'est arrivé suite à une opération de l'épaule), n'a le droit à rien ?
Rien ! Pas un euro pendant les 3 mois, zéro revenu pendant 3 mois !
Même pas un RSA, 0 !
Et même beaucoup moins car il faut continuer de cotiser pendant cet arrêt de travail.
La sécurité sociale est une arnaque d'état, un racket organisé sur le dos de ceux qui produisent de la valeur pour enrichir les parasites.
J'en suis sorti il y à 2 ans et demi grâce à Claude Reichmann, et je l'en remercie.
Je cotise beaucoup moins qu'avant et je suis bien mieux couvert, merci.
Echo
- Mercredi 3 janvier 2018 à 23:29
Et pour l'émission en fin d'après-midi, ou peut-on la réécouter ?
Cmm
- Jeudi 4 janvier 2018 à 08:06
Le Dr Reichmann vit des prestations de la retraite obligatoire à laquelle il a toujours cotisé. Et il ne parle pas des milliers de condamnations qui ont mis sur la paille ceux qui avaient suivi ses conseils.
Gladys
- Jeudi 4 janvier 2018 à 11:28
Malheureusement, ce discours continue à être diffusé; il plait à ceux qui, en bonne santé, estiment (à juste titre) que leurs contributions à la protection sociale est lourde.
Mais on oublie de rappeler le principe de la primauté du droit national (subsidiarité, évoquée plus haut) en matière de protection sociale, une règle systématiquement confirmée par les juridictions européennes.
Et c'est ainsi que de nombreux indépendants se font piéger, croyant le droit de leur côté! Quand la procédure s'achève et que l'huissier arrive, ce discours ne leur sera d'aucun secours!
syndicat aecc
- Jeudi 4 janvier 2018 à 16:22
il va aussi de la MSA...Les lois sont violés par la oe cassation sous influence de l'Etat mafieux
www.defensedescitoyensetaecc.fr
Anonyme
- Dimanche 7 janvier 2018 à 20:01
Si ce système était réellement aussi vertueux qu'il se réclame, aucun doute que de nombreux pays à travers le monde s'en seraient inspirés...
L'Etat-providence français fait montre de prodigalité et , grâce à cette politique économique prolifique, nous sommes endettés à hauteur de plus de 2200 milliards d'euro... ans compter le non pro visionnement des retraites d'Etat. Quand allons-nous nous écraser ???
Vevil
- Mercredi 10 janvier 2018 à 07:11
Apparemment certains individualistes forcenés aimeraient vivre sous le règne du chacun pour soi, comme aux États-Unis, où des millions de pauvres sont dans l'impossibilité de se soigner. S'imaginent-ils en bonne santé jusqu'à la mort ? À moins qu'ils ignorent que l'union fait la force, que c'est grâce à la solidarité que les Français ont acquis congés payés, allocations familiales, retraite et Sécurité sociale. Quant à la dette de la France, nous la devons surtout, non pas à l'État providence, mais à la loi Giscard-Pompidou qui a offert aux banques privées le monopole des prêts à l'État français.
Anonyme
- Dimanche 14 janvier 2018 à 14:51
Réponse à Vevil:

Pour la loi Giscard-Pompidou, il est toujours possible de voter son abrogation, prérogative du peuple français !
Patrick
- Lundi 15 janvier 2018 à 10:20
Pour avoir mené le combat avec le MLPS + une autre asso spécialisée là-dedans, au bout de presque 2 ans où il est vrai tu repousses les cotisations de jugement en jugement, j'ai arrêté, payé les arriérés et suis revenu à la "normale" que je trouve quand même très discutable (cotisations très élevées, rattrapages de fou et pourtant moins de garantie qu'un salarié dont le patron cotise pas plus - système non équitable comme le prétend pourtant la sécu : à commencer par un délai de carence de 3 mois interdisant tout bonnement de tomber malade ; la sécu oublie les libéraux, elle est là pour payer les médocs et les hospitalisations, mais pour le reste... payer en proportion de ses revenus, OK, mais à un moment des 10aines de milliers d'€ / an pour une personne et un service minimum de la sorte, euuuuh. Ce serait bien d'avoir le choix. Privé, public, chacun ferait ce qu'il veut. Et ce ne serait pas plus cher. Ca marche bien pour les voitures. Ca dérange juste pour la santé. N'oubliez pas que ces chers rsi, urssaf etc sont des boites privées avec une mission publique, zéro appel d'offre... du politique quoi : on bafoue tout, on s'en fout qui va contester ?). Idem côté caisse de retraite.
Les tribunaux ont trouvé le truc pour vous faire arrêter le combat : des amendes à chaque comparution. Alors on vous dira qu'elles sont discutables etc, mais au final, vous ajoutez simplement une autre épée de Damoclès au-dessus de votre tête. C'est dommage car sinon, vu qu'ils sont (urssaf & co) tellement bordéliques, ils sont incapables de présenter quoi que ce soit à chaque comparution, c'est trop drôle. Ils perdent, mais rattaquent en renvoyant les mêmes contraintes mais le coup d'après ils font gaffe à ce qu'ils font, un peu plus).
la verite
- Samedi 27 janvier 2018 à 19:08
J'ai vecu plusieurs systeme de securite sociale.
Le Suisse , chacun s'assure lui meme dans le prive... Ceux qui ne peuvent pas payer c'est l'etat qui les aide a s'assurer....donc comme on dit c'est la soludarite.
Ensuite j ai ete dans un system Français au 1 ere euro (100 euro par mois , pris en charge 100 pour 100) , dans ces 100 euro une somme etait preleve pour la solidarite...
Ensuite assurance anglaise, 100 Pris en charge pour 280 euro, pas de solidarite
Ensuite 800 euro secu francaise , pas de prise en charge a 100 pour cent, je recois des lettres toutes les semaines , pour des relances, alors que j ai payé , ils somr mal organise et rembouse mal , malgres des sommes demande impressionante,
Alors vous penser que le securite c est les plus efficasses ? je ne suis pas dans le jugement , je vous décris du factuelle.....
en vous voulez garder un system aussi chere et aussi mal organise et qui rembourse aussi mal ?
Patrick
- Lundi 29 janvier 2018 à 09:02
Dans mon cas non j'adorerais un autre système. Tout au moins le CHOIX et laisser à ceux qui le souhaitent le meilleur-système-du-monde-en-france, qu'ils y restent. Moi je changerais volontiers.
C'est le choix qui crée la compétition et qui crée la nouveauté, les innovations. Là c'est un système moribond et merdique dont les gérants se foutent puisqu'on n'a pas le choix, aucun risque de perdre des clients. Un bon gros monopole quoi.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio