Dominique Farrugia - Coupe du monde : "C’est complètement idiot cette histoire de boycott !"

Dominique Farrugia était l’invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le mercredi 23 novembre 2022 dans "Sud Radio Média".

Dominique Farrugia coupe du monde
Dominique Farrugia, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio.

Dominique Farrugia nous parle du boycott de la coupe du monde de football et vient présenter sur Sud Radio la diffusion ce soir à 21h10 sur M6 de L’homme de nos vies, elles s’allient pour le faire tomber (prix du meilleur scénario au festival de la fiction de la Rochelle 2022).

Coupe du monde : "On a attendu que ça se passe pour dire qu’on va boycotter"

Rappelant l’audience du premier match de l’équipe de France pour la Coupe du monde au Qatar, à savoir plus de 12 millions de téléspectateurs, Valérie Expert et Gilles Ganzmann interrogent Dominique Farrugia au sujet du boycott. "Mais pardonnez-moi ! C’est complètement idiot cette histoire de boycott". "Ça fait 12 ans que ça se construit. Ça fait 12 ans qu’on sait exactement ce qui se passe. On a attendu que ça se passe pour dire qu’on va boycotter. Il fallait s’élever le jour où on a confié ça au Qatar. Ils n’ont pas changé en 12 ans."

"Moi, j’en ai ras le bol d’entendre des gens qui disent il faut boycotter", poursuit-il. "Ça me fâche énormément d’entendre des gens qui veulent boycotter. Pourquoi il y a douze ans vous ne vous êtes pas levés ?" Les sondages de boycott ne coïncident pas avec les chiffres d’audience. "C’est l’équipe de France", ajout-il.

Produire une série, "ça n’a rien à voir avec le cinéma"

Dominique Farrugia présente ensuite la série L’homme de nos vies diffusée sur M6 et qui a reçu le prix du meilleur scénario de La Rochelle. Il est devenu tard dans sa carrière producteur et directeur général du groupe Fiction qui représente le groupe Banijay. "C’est un tout nouveau métier. J’ai dit oui à 58 ans pour changer de carrière. C’est un nouveau boulot et puis, c’est super d’être récompensé par un prix du scénario." Interrogé sur la différence entre le cinéma et la production de séries, il répond que "c’est très différent. Je m’y suis mis avec beaucoup d’humilité parce que ça n’a rien à voir avec le cinéma. On ne raconte pas du tout la même chose. On est sur des périodes plus longues. La série fait 4 fois une heure. On a besoin d’entrainer les spectateurs avec nous de manière plus forte. C’est un boulot totalement différent."

Il revient ensuite sur le rôle du producteur : "un producteur essaye d’apporter une certaine rigueur dans le scénario." J’ai essayé d’apporter ce que je sais faire".  Il doit travailler à mettre ensemble la chaine et les auteurs afin d’en tirer le meilleur. "Produire, c’est aussi mettre l’argent là où il faut". "J’ai produit une trentaine de films donc j’apporte ma modeste expérience à la série. Mais j’ai mis du temps à comprendre ce qu’était la série, et ce n’est pas du tout le même travail."

 

 

 

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans “Sud Radio Média” avec Valérie Expert.

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.