Des zoos pour préserver les espèces menacées ?

Huan Huan, la femelle panda prêtée par la Chine au zoo de Beauval (Loir-et-Cher)
Les zoos contribuent à préserver les espèces menacées ©ALAIN JOCARD - AFP

Pour préserver les espèces en voie de disparition, faut-il construire de nouveaux zoos ? C’est le débat lancé par "Info vérité" sur Sud Radio le 31 octobre, avec pour invités :
- Rodolphe Delord, directeur du zoo de Beauval ;
- Jean-Claude Noët, fondateur de la LFDA (La Fondation droit animal, éthique et sciences) ;
- Olivier de Lorgeril, directeur du zoo de Bourbansin (Ille-et-Vilaine).

"Info Vérité" est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Le constat est dramatique : 60% des espèces ont déjà totalement disparu de la surface de la terre, si l'on en croit le dernier rapport Planète vivante du WWF. Principale menace : la perte des habitats de ces animaux, du fait de la main de l’homme. Et si l’on créait de nouveaux zoos pour les préserver ?

Réintroduire des espèces dans la nature

"Nous devons tous nous unir pour la conservation de notre biodiversité, estime Rodolphe Delord, directeur du zoo de Beauval. Sensibiliser le public, nos élus, nos politiques..." Mais les zoos prennent-ils les animaux qu'ils hébergent dans la nature ? "Les parcs zoologiques sont déjà tous associés avec des associations de préservation de la nature. Depuis très longtemps, nous ne prenons pas d’animaux dans la nature. Ils sont tous nés dans des parcs. Ce sont des programmes d’élevage internationaux."

Pour autant, ces animaux nés au sein de parc peuvent-ils retourner dans la nature ? "Malheureusement, on sait que des espèces ne vont plus exister que dans des parcs zoologiques", reconnaît Rodolphe Delord. C'est le cas, par exemple, des rhinocéros, victimes des braconniers, et toutes les espèces de grands singes, en train de disparaître du fait de la déforestation et de l’exploitation des mines, au Congo. "Pour chaque espèce menacée, il y a un coordinateur, l’idée étant de gérer la population génétique et de pouvoir, parfois, lorsque c’est nécessaire, les réintroduire dans les réserves. Prochainement, deux femelles gorilles nées chez nous vont partir dans une réserve du Gabon pour rejoindre des orphelins dont les parents ont été tués. Nous allons former une nouvelle famille dans une réserve, là-bas. Tout ceci est fait sous contrôle scientifique et avec l’aide des associations locales sur le terrain."

Cliquez ici pour écouter "Info Vérité" présenté par Véronique Jacquier

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio