single.php

Crues: l'Yonne en rouge, des pics attendus localement dans la soirée

L'onde de crue se déplaçait mardi en Bourgogne, où l'Yonne restait en vigilance rouge face aux niveaux exceptionnels de certaines rivières, selon Météo-France, avec de nouveaux pics attendus localement dans la soirée.

ARNAUD FINISTRE - AFP

L'onde de crue se déplaçait mardi en Bourgogne, où l'Yonne restait en vigilance rouge face aux niveaux exceptionnels de certaines rivières, selon Météo-France, avec de nouveaux pics attendus localement dans la soirée.

La décrue de l'Armançon et du Serein, affluents de l'Yonne, est bien amorcée en amont, mais le danger persiste en aval, vers le nord de l'Yonne, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"On s'attend à quelque chose qu'on n'a pas encore connu", avertit la maire de Chablis, Marie-Josée Vaillant. "Ca monte très fort. On sait que ça peut monter à 2,5 m, encore plus qu'en 2013, à 2,15 m", explique-t-elle à l'AFP, rappelant que, "il y a trois semaines", le petit village viticole avait déjà été inondé, le Serein débordant à 2,15 m.

Le pic de crue de l'Armançon à Tonnerre et du Serein à Chablis, déjà à un niveau "plateau", devrait être atteint "en fin de soirée", "entre 23H00 et 01H00 du matin", selon la préfecture de l'Yonne, avec une hausse encore attendue de "cinq-six centimètres".

"C'est le branle-bas de combat", rapporte Mme Vaillant, indiquant que les habitants ne veulent pour l'instant pas quitter leur logement car "le Serein est aussi vite sorti qu'il peut rentrer".

Dans le bourg de 2.300 habitants, réputé mondialement pour ses vins blancs, un groupe de six touristes brésiliens a dû être évacué du domaine Servin. Ils étaient en train de déguster des vins de la maison quand les eaux du Serein ont entouré le domaine, risquant de les bloquer. "On les a évacué avant qu'ils ne soient encerclés", a expliqué un agent du domaine, préférant rester anonyme.

Les transports scolaires pourraient être touchés dans le secteur de Chablis mercredi, prévient la préfecture.

Non loin à Tonnerre, le niveau de l'eau atteignait déjà 2,75 m en milieu d'après-midi, a indiqué Cédric Clech, maire sans étiquette de la ville de près de 5.000 habitants.

Entre 100 et 150 personnes vivent dans 80 habitations situées en zone inondable, mais seule une personne âgée a accepté de quitter son logement, a ajouté l'élu qui a ouvert un centre d'hébergement d'urgence par précaution et mise sur des travaux effectués récemment pour contenir les flots.

- "Effet de lame" -

Plus au sud en revanche, la décrue se confirme après une brusque montée des eaux, qui a surpris par son intensité.

La commune de Montbard inondée, le 1er avril 2024 dans la Côte d'Or

La commune de Montbard inondée, le 1er avril 2024 dans la Côte d'Or

ARNAUD FINISTRE - AFP

"On a l'habitude de ce genre de crue mais à 03H00 du matin ça s'est accéléré et puis là, il y a eu un espèce d'effet de lame qui a fait que l'eau est montée très très rapidement", a raconté à l'AFPTV, Michel Facq, un habitant de Noyers, village situé en amont du Serein.

"Je n'ai jamais vu ça. On a dépassé la crue exceptionnelle de 2013 de 53 cm et on frôle la crue centennale de 1910", a renchéri Olivier Murat, maire d'Aisy-sur-Armançon, un village de l'Yonne de 250 habitants.

La décrue dans ce secteur a permis de rétrograder la Côte-d'Or en vigilance orange. La préfecture du département parlait d'"amélioration notable" mardi dans un point à 18H30, même si "la vigilance reste de rigueur".

Les autorités ont comptabilisé "depuis dimanche" une centaine de personnes évacuées et 230 sinistrées.

Le centre hospitalier de Dijon a été "partiellement inondé au niveau de ses bâtiments administratifs mais sans évacuation".

L'Ouche a connu une "crue importante" avec un pic "lundi après-midi à l'amont du tronçon et en cours de nuit à Plombières-les-Dijon".

- Catastrophe naturelle -

Un tracteur pris dans les eaux à Velars-sur-Ouche, dans la Côte d'Or, le 1er avril 2024

Un tracteur pris dans les eaux à Velars-sur-Ouche, dans la Côte d'Or, le 1er avril 2024

ARNAUD FINISTRE - AFP

En Saône-et-Loire, des pics de crue sont encore attendus dans la nuit de mardi à mercredi, pour la Loire à Gilly-sur-Loire et pour la Seille à Louhans.

Vingt-deux communes ont été touchées par les inondations et 69 personnes évacuées, selon le relevé de la préfecture et plusieurs routes départementales étaient coupées à la circulation dans l'Autunois et le Charollais.

Outre la Côte-d'or, la Saône-et-Loire, l'Aube et la Haute-Marne restaient en vigilance orange.

En vigilance rouge samedi, l'Indre-et-Loire est repassée dans le jaune et se concentre à "évaluer les dégâts".

En Haute-Vienne, les recherches d'un kayakiste porté disparu sur la Vienne en crue depuis samedi après-midi, près de Limoges, devaient reprendre mardi.

Le gouvernement a annoncé qu'une "procédure accélérée" serait enclenchée pour les communes touchées pour ces crues concernant le régime des catastrophes naturelles.

Mi-mars, huit personnes avaient péri dans les intempéries liées à la tempête Monica dans le sud-est de la France.

Par Loïc VENNIN / Chablis (France) (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
11H
09H
08H
07H
04H
01H
00H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/