Covid 19 : "Avec la 5e vague, tout redevient malsain, le gouvernement joue avec nos nerfs !"

Face à une possible 5e vague de Covid 19, l'ambiance entretenue par le gouvernement est "malsaine" selon Françoise Degois.

Le Covid 19 occupe de nouveau la part du lion de l'actualité, l'épidémie repart. Nous sommes entrés - dit-on - dans la 5e vague. Pour Françoise Degois, c'est le retour d'une forme d'angoisse.

 

"Oui, c'est le retour de l'angoisse mais surtout de la déraison totale, affirme Françoise Degois sur Sud Radio. Et je suis gentille quand j'emploie cette expression. Les mots terrifiants reviennent sur toutes les chaînes infos. Imaginez-vous qu'hier j'entendais cette phrase : "Catastrophe sanitaire, attention". Une cinquième vague ? Comme si nous n'avions pas été vaccinés à 75 ou 80%, comme si nous étions l'an dernier...".

"Il y a eu les mots ahurissants également. Le professeur Delfraissy, ce mercredi, sur France Inter qui nous a dit que les vaccins protègent assez peu des transmissions et des infections. En gros, les vaccins sont assez décevants. Avec ce discours, on est un petit peu perdus. Et puis, les chiffres sont énormes, on vous les balance tous les soirs à partir de 18h. Mais rappelons que nous parlons de contaminations et non de cas graves ou de cas déclarés. Et puis, il y a aussi ces cartes qui reviennent avec du rouge, du rouge écarlate".

"Tout est à l'angoisse, tout redevient suspense malsain. Pourquoi ? Parce que le gouvernement joue avec nos nerfs. Il dit que le reconfinement ne reviendra pas, qu'il n'y aura pas d'assujettissement de la 3e dose au pass sanitaire mais... toutes les options sont quand même sur la table. C'est donc un suspense malsain, ça ressemble à de la déraison et c'est surtout totalement disproportionné par rapport à la réalité".

Le gouvernement marche sur des oeufs car le retour de ce Covid 19 est à double tranchant politiquement

"Oui, il y a un côté positif pour Emmanuel Macron. Car, qui dit pandémie, dit retour d'Emmanuel Macron au coeur du jeu. En gros, on remplace l'obsession médiatique de Zemmour par celle du Covid. Je la fais courte. Macron pense que les bonnes opinions qu'il enregistre dans les sondages sont liées à sa réussite vaccinale en effaçant tous les autres échecs. Il appuie à fond et prend toutes les précautions parce qu'Emmanuel Macron sait que l'opinion est volatile et peut se retourner contre lui. C'est en cela que c'est à double tranchant".

"D'ailleurs, Jean-Luc Mélenchon l'a bien compris, il ne veut pas se laisser enfermer, fragiliser, ficeler dans le tout-sanitaire, dans une présidentielle qui serait sous Covid 19 et qui pourrait avantager Emmanuel Macron. Hier, sur TF1, il a été le premier des candidats à donner une ligne claire. Il dit : "Moi, si je suis élu, j'abrogerai le pass sanitaire. Aucun des opposants n'a donné cette ligne claire pendant la période qui vient de s'écouler".

"Eh bien Jean-Luc Mélenchon a pris le taureau par les cornes car il voit le danger d'une présidentielle sous Covid 19 et je suis absolument certaine que d'autres candidats suivront car ce qui menace cette présidentielle c'est l'absence de meetings, une campagne biaisée, une campagne sous cloche. Ce n'est pas ce qu'on peut souhaiter à la France aujourd'hui".

À lire aussi :

Covid-19: une "5e vague" en France, pas encore une déferlante