Cimetière d’Avignon : Bras de fer entre la mairie et les musulmans

Benyoussef Hamroun, président de l'association amitié et entraide franco-algérienne du Grand Avignon, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 27 octobre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Judith Beller et Patrick Roger.

Avignon
En France, les défunts doivent en principe être inhumés dans des cuves en béton. (c) AFP

En Avignon, il est demandé aux musulmans de construire des cuves en béton pour inhumer leurs morts. Un bras de fer qui ne date pas d’hier avec la mairie d’Avignon.

Carré musulman au cimetière : "La nouvelle maire d’Avignon agit plus sournoisement que la précédente"

"Le désaccord est très simple, explique Benyoussef Hamroun, président de l'association amitié et entraide franco-algérienne du Grand Avignon. La précédente municipalité de Marie-José Roig avait imposé des cuves bétonnées afin d’inhumer les musulmans. Nous n’avions rien demandé, nous sommes montés au créneau, pour faire enlever ces cuves bétonnées et faire remettre les défunts en terre. Nous avons créé ce cimetière en 1977. À chaque élection présidentielle, on nous ressort les cuves bétonnées."

"La nouvelle maire d’Avignon agit plus sournoisement que la précédente, estime Benyoussef Hamroun. Elle ne fournit pas les cuves bétonnées mais pose comme conditions d’inhumation pour ce carré, pour les Français musulmans et les musulmans en général, de faire leur propre cuve bétonnée, de prendre une concession trentenaire, de donner 1.000 euros de caution."

Carré musulman au cimetière : "une inhumation à 6.500 euros par personne"

"Construire une cuve bétonnée coûte environ 2.500 euros, ce qui fait une inhumation à environ 6.500 euros par personne, détaille le président de l'association amitié et entraide franco-algérienne du Grand Avignon. L’inhumation traditionnelle se fait en pleine terre pour les musulmans. Nous sommes respectueux de toutes les confessions, mais il faut savoir que nous enterrons en terre, mais dans des cercueils hermétiques."

Comment cela se passe-t-il dans les autres cimetières de France ? "Nous avons eu la primeur de créer un carré musulman en 1977, rappelle Benyoussef Hamroun. Dans tous les carrés musulmans, il n’y a plus de place pour inhumer, comme à Marseille. Nous demandons qu’on nous laisse vivre au lieu de nous stigmatiser."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !