"Certains produits et plantes peuvent prévenir les petites infections de janvier"

Face aux virus hivernaux, quelques gestes simples peuvent éviter d'avoir à se rendre chez le médecin (©Marc Le Chelard - AFP)

Alors que l’hémisphère nord s’apprête à rentrer dans le cœur profond de l’hiver dans les prochaines semaines, la micronutritionniste Valérie Espinasse était l’invitée du Grand Matin Sud Radio ce mardi pour livrer quelques conseils santé à l’approche des virus et infections hivernales.

Qui dit mois de janvier dit évidemment maladies, épidémies et autres virus ! Alors que l’hiver bat son plein en France et devrait perdurer encore au moins deux mois, quelques petits gestes peuvent aider nos corps à se prémunir des traditionnels soucis de santé propres à cette époque (rhume, gastros, etc.). La micro-nutritionniste Valérie Espinasse, par ailleurs chroniqueuse sur Sud Radio, était l’invitée ce mardi du Grand Matin Sud Radio pour évoquer ce sujet. Selon elle, ces petites infections du mois de janvier ne sont pas une fatalité. "On peut tout à fait les prévenir. Le mois de janvier est traditionnellement associé aux gastros et à l’hiver, mais ces petits problèmes sont souvent consécutifs aux abus qu’on a commis pendant les fêtes. Notre immunité est moins bonne car notre flore intestinale a été perturbé par tous ces abus", avance-t-elle.

"L’extrait de pépins de pamplemousse a des propriétés remarquables"

Pour Valérie Espinasse, certains produits comme les probiotiques peuvent nous venir en aide. "Ce sont des ferments lactiques qu’on trouve un peu partout en pharmacie, en magasins bio, etc. On peut en faire une cure tout au long de l’hiver, jusqu’au mois de février. En en prenant tous les matins, on peu déjà prévenir tout ce qui est gastro et infections hivernales au sens large du terme. Un autre extrait de plante est remarquablement efficace contre ça, c’est l’extrait de pépins de pamplemousse. J’en suis absolument fan parce qu’elle a de remarquables propriétés, tant préventives que curatives. Dix gouttes matin et soir dans un verre d’eau pendant deux mois sont un bon début, et on peut passer à trente gouttes trois fois par jour pendant une semaine si on observe un début de nez qui coule ou de frisson. En règle générale, on évite les infections", explique-t-elle.

"Si on sent qu’on est quand même malade, on peut également rajouter des plantes telles que le cyprès ou l’échinacée, ou des produits issus de la ruche comme la gelée royale ou le pollen, que vous pouvez prendre dans ces moments-là de manière plus occasionnelle pour booster nos défenses immunitaires. Toutes ces plantes sont naturelles, il n’y a donc pas de contre-indication quel que soit votre traitement médicamenteux ou l’état dans lequel vous êtes. Les enfants peuvent aussi en prendre", ajoute-t-elle.

"En hiver, on consomme bien souvent moins de fruits"

Au-delà des produits à base de plantes, le salut de nos organismes passe également tout simplement par la consommation de… fruits. "Le problème de l’hiver, c’est qu’on consomme bien souvent moins de fruits, et on manque donc régulièrement de vitamine C. On pense notamment aux oranges ou aux clémentines, mais il y a un fruit d’hiver qui est extrêmement concentré en vitamine C : le litchi. Donc si vous aimez les litchis, profitez-en !", assure Valérie Espinasse.

Retrouvez en podcast toute l’interview de Valérie Espinasse dans le Grand Matin Sud Radio

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio