single.php

Après l'affaire Théo, les difficiles relations entre jeunes et police à Aulnay

Par Jérémy Jeantet

Plus de trois mois après l'affaire Théo, à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, les affrontements se multiplient entre jeunes et forces de l'ordre.

Thumbnail

Le 2 février dernier, un policier est soupçonné d'avoir violé le jeune Théo et sa matraque. Depuis, le quartier de la Rose des Vents, la "Cité des 3000", vit toujours sur un brasier et les affrontements se multiplient entre les jeunes et les forces de l'ordre.

Depuis l'affaire Théo, comme on l'appelle désormais, la tension reste très présente dans les rapports entre les jeunes et la police. Les affrontements s'accumulent, jets de projectiles contre flash-balls et gaz lacrymogènes. Des batailles de plus en plus fréquentes, comme l'expliquent les habitants du quartier.

Beaucoup d'entre eux ne jettent pas uniquement la pierre sur les policiers. Hadama Traoré, fondateur du collectif "La Révolution est en marche", dans le quartier, tente de faire le lien entre les jeunes et les policiers. Il pointe surtout du doigt les institutions et les donneurs d'ordre, qui seraient responsable de l'escalade.

Du côté des policiers aussi, des efforts sont faits pour tenter de recréer du lien. Une journée de rencontre "policiers-jeunes" est organisée par la mairie et l'association Prox'Aventure. Une cinquantaine de policiers seront présents pour tenir les stands, les ateliers sportifs, les ateliers de découverte du métier de policier. Dans une autre commune, la dernière journée de ce type avait attiré près de 1200 jeunes. Un bon moyen d'entamer le dialogue.

Réécoutez ici l'enquête de Steven Gouaillier à Aulnay-sous-Bois, dans le Grand Matin Sud Radio.

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/