Peltier rejoint Zemmour : "C’est d’un opportunisme ahurissant" dénonce Hervé Morin

Le ralliement de Guillaume Peltier à Zemmour est "une bonne nouvelle", selon Hervé Morin. Le président de la région Normandie, président des Centristes, et conseiller auprès de Valérie Pécresse, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Morin Peltier
Hervé Morin interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le lundi 10 janvier, dans "le petit déjeuner politique".

Ralliement de Guillaume Peltier à Éric Zemmour, bilan sécuritaire d'Emmanuel Macron, les propositions phares de Valérie Pécresse : Hervé Morin a répondu aux questions de Patrick Roger.

"Pas besoin de ce genre de personnage pour faire campagne"

L'ancien numéro 2 des Républicains et député du Loir-et-Cher, Guillaume Peltier a annoncé, dimanche 9 janvier, son ralliement à Éric Zemmour pour l'élection présidentielle. Ce qui est présenté comme "un tournant" dans le camp de l'ex-journaliste, est "une bonne nouvelle" pour Les Républicains et pour le centriste Hervé Morin qui rappelle qu'il est "allé dans tous les partis, frappé à toutes les portes".

Le président de la région Normandie indique avoir rencontré "une fois" le député LR "qui se pensait être le de Gaulle de 2022", rapporte-t-il. Pour Hervé Morin, Guillaume Peltier "est d'abord un personnage qui est d'un opportunisme ahurissant" et assure "ne pas avoir besoin de ce genre de personnage pour faire campagne". Et si l'ancien numéro 2 du parti estime que les valeurs du RPR se retrouvent davantage chez Éric Zemmour, le conseiller de Valérie Pécresse s'interroge. "Les valeurs du RPR c'est de défendre l'acquis de Vichy ? Ce n'est pas sérieux".

"Valérie Pécresse est sur deux sujets centraux"

Le président des Centristes soutiendra bien Valérie Pécresse, devenant même son conseiller économique. "Elle est sur deux sujets centraux : le rétablissement de l'ordre et l'unité du pays", explique Hervé Morin. Sur la sécurité, après la sortie de sa candidate sur le "karcher", il estime qu'il s'agit d'une "bonne formule", pour reconnaître "qu'on n'a pas forcément fait ce qu'il fallait faire quand on était au pouvoir".

Mais le président de la région Normandie pourfend le bilan sécuritaire d'Emmanuel Macron, se basant sur des rapports de la cour des comptes. "La présence policière est plus faible qu'avant, le taux d'élucidation est beaucoup plus faible depuis cinq ans, les peines de prison ne sont pas exécutées par manque de place, le nombre de tentative d'homicides a doublé en cinq ans", rapporte-t-il. "Le bilan d'Emmanuel Macron est très mauvais", dénonce Hervé Morin.

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"