Pascal Canfin se lance dans la bataille LREM pour les Européennes

Au lendemain de son départ de l'ONG WWF, Pascal Canfin a annoncé ce matin avoir accepté d'être numéro deux sur la liste LREM aux élections européennes, qui sera conduite par Nathalie Loiseau. Avec Pascal Durand, ils sont deux anciens proches de l'écologiste à rejoindre la République en Marche pour les Européennes. 

Thumbnail

Un revirement notable pour celui qui avait quitté le gouvernement Ayrault en 2014 pour s'opposer à l'arrivée de Manuel Valls à Matignon. Il avait également refusé de succéder à Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique au motif qu'il n'était pas libre d'agir. Le 16 novembre dernier, Pascal Canfin avait écrit sur le réseau social Twitter, ce message, pourtant clair : " Je ne souhaite pas être sur la liste En marche #LREM aux européennes car je veux garder ma liberté. Mais contrairement à ce qui a été dit cela n’est pas lié au nombre de fermetures de centrales nucléaires qui n’est pas encore décidé !"

Dans un entretien accordé au Monde ce matin, Pascal Canfin, l'ancien ministre (Europe Écologie-Les Verts) de François Hollande (2012-2014) se confie :

Les échanges que j’ai eus depuis dix jours avec le président de la République sur ce sujet m’ont apporté les assurances nécessaires pour qu' aujourd’hui je prenne cette décision. (...) Les personnalités au profil et aux compétences écologistes seront nombreuses à être en position éligible sur la liste.

Les différentes réactions politiques

Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et hommes, a salué l'engagement de l'ex-directeur du WWF France sur Franceinfo.

Ce qui est souhaitable, c'est qu'il y ait de l'écologie portée dans des partis qui ne soient pas des partis de niche et qui ne soient pas spécialistes uniquement sur ce sujet

Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national aux élections européennes de 2019 a réagi à l’arrivée, comme numéro 2 sur cette liste, de Pascal Canfin :

C’est quelqu’un qui est opposé à l’expulsion des clandestins, qui a refusé de monter dans un avion en 2013, par solidarité avec un Malien condamné pour viol et qui allait être expulsé. On voit le niveau d’idéologie

Yannick Jadot, tête de liste Europe-Ecologie Les-Verts, très remonté, a également déclaré ce matin au micro de nos confrères de France Inter qu'il ne comprenait pas cette décision et que ses anciens alliés participaient tout simplement à une "liste fourre-tout" :

Il y a quelques mois, il était en train de dire à quel point il ne pouvait pas rejoindre le gouvernement d'Emmanuel Macron parce qu'il renonçait sur les grands dossiers de l'écologie, le climat, les pesticides, la pollution de l'air. Depuis, il y a eu d'autres renoncements sur l'obsession nucléaire, sur les pesticides, sur la pollution de l'air.