Nicolas Dupont-Aignan veut "une union qui aille des Républicains jusqu'au FN"

Nicolas Dupont-Aignan, député de l'Essonne et président de Debout la France
Nicolas Dupont-Aignan, député de l'Essonne et président de Debout la France

Le président de Debout la France, invité du Grand Matin Sud Radio, prône une "union des droites", basée sur "un programme commun" en "enlevant ce qui fait polémique et en se recentrant sur le patrimoine commun de nos électeurs".

C'est l'heure de la rentrée pour Nicolas Dupont-Aignan. Après un printemps agité, entre son ralliement à Marine Le Pen entre les deux tours de la présidentielle, la défaite au 2nd tour puis sa réélection en tant que député de l'Essonne, le président de Debout la France a fixé le cap qu'il souhaite voir prendre la droite au moment de sa reconstruction.

"Je ne me décourage pas, a-t-il assuré. Il faut tirer les leçons de la défaite, il faut reconstruire. J’ai une recette, que j’exposerai dimanche, qui est de rassembler tous ceux qui aiment la France, qui ne veulent pas de cette société du fric, des super-riches, qu’est en train de bâtir Emmanuel Macron, au détriment des Français. Je pense qu’il faut une union des futurs Républicains avec Laurent Wauquiez, de Debout la France et d'un Front national rénové, avec un programme commun, en enlevant ce qui fait polémique et en se recentrant sur ce qui fait le patrimoine commun de nos électeurs (...) Je peux pactiser avec tout le monde. Je respecte tous les leaders. J’ai travaillé avec MLP et c’est une femme sérieuse. En revanche, il faut se mettre d’accord sur un programme commun qui aille des Républicains jusqu’au Front national."

 

Pour lui c'est l'union autour de ce programme commun qui fera entrevoir la victoire aux prochaines présidentielles : "Je ne veux pas que chaque parti reparte dans son couloir. Le FN pense qu’il va gagner seul, c’est faux. Debout la France ne gagnera pas seul et Les Républicains ne gagneront plus seuls, maintenant qu'il y en a une moitié qui a rejoint Macron. Emmanuel Macron a fait une recomposition politique, il a pris ceux qui ont gouverné pendant 20 ans, les européistes et les mondialistes. Si nous ne nous rassemblons pas et nous ne mettons pas d’accord sur un programme commun, nous serons éternellement minoritaires."

Et pour lui, au vu du bilan des premiers mois du nouveau président de la République, cette alternance est plus que nécessaire. "Le mirage Macron est en train de se dissiper, annonce-t-il. Les Français voient bien que ça ne mènera à rien. Sur la sécurité, rien n’est fait. Sur l’immigration non plus. Sur l’économie, cette loi n’apportera rien. Sur les injustices, c’est un pouvoir qui favorise outrageusement les plus aisés et qui est en train de massacrer les classes moyennes."

Écoutez l'interview de Nicolas Dupont-Aignan, invité politique du Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard

 

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Turcan dany
- Mercredi 13 septembre 2017 à 20:57
Entièrement d'accord avec Nicolas-Dupont-Aignan
AntiFa
- Dimanche 17 septembre 2017 à 12:59
Les ennemis de La République sont en marche eux aussi apparement.
Parlons encore encore et encore des immigrés. Pour rassembler les lâches et les faibles d'esprit y a pas mieux. Sauveront ils La France comme en Mai 1940 ? Pauvre France. Vraiment.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio