Nicolas Dupont-Aignan : "Que M. Wauquiez fasse un pas, je suis prêt à aller le voir"

Nicolas Dupont-Aignan (Président de Debout la France et député de l'Essonne) était ce lundi l'invité du petit-déjeuner politique.

Thumbnail

Au lendemain du limogeage de Virginie Calmels (vice-présidente du parti LR) par Laurent Wauquiez, Nicolas Dupont-Aignan a appelé l'ancien ministre à clarifier certains points, n'excluant pas l'éventualité d'une alliance dans un futur proche.

"Avec la nomination de M. Leonetti, M. Wauquiez remet exactement la même ligne politique"

Invité du petit-déjeuner politique, le président de Debout la France a ainsi récalmé davantage de clarté au sein de la droite. "Je ne vais pas rentrer dans leurs disputes permanentes, ça ne m'intéresse pas. J'ai quitté ce parti (UMP puis LR) il y a plus de 10 ans, parce qu'au-delà de leurs histoires personnelles sans fin, il y a un décalage idéologique. Ce parti n'a jamais tranché l'affaire européenne. D'ailleurs, je suis parti quand ils sont revenus sur le vote des Français au référendum sur l'Europe parce que c'était une trahison de l'électorat", a-t-il d'abord rappelé. "En vérité, vous avez deux partis et deux catégories d'électeurs républicains : il y a ceux qui pensent qu'il faut continuer comme ça avec la construction européenne, qui ont signé tous les traités et qui veulent la politique de Monsieur Macron avec des nuances. Et puis, il y a les autres qui pensent qu'il faut tirer les leçons du désastre social, économique, migratoire et qui disent de plus en plus ce que je dis depuis 10 ans", a-t-il ajouté. 

"Ce que je vois avec la nomination de Monsieur Leonetti (Remplaçant de Mme Calmels), c'est que Monsieur Wauquiez ne tranche pas ! Il remet exactement la même ligne politique. Il prend quelqu'un qui a signé tous les traités européens (...) j'aimerais que Laurent Wauquiez - et je pense que les Français lui rendraient grâce et qu'il retrouverait une popularité - dise un jour 'je me suis trompé, j'ai changé d'avis, je veux parler avec Monsieur Dupont-Aignan et pourquoi pas avec Marine Le Pen pour faire, enfin, une alternative à Monsieur Macron sur des bases idéologiques claires'. (...) La situation du pays est suffisamment grave pour que les Français attendent de nous la clarté. J'ai offert une occasion à Monsieur Wauquiez avec le référendum sur l'immigration. Qu'il fasse un pas, qu'il vienne me voir, je suis prêt à aller le voir. Je suis convaincu qu'il faut l'union face à Monsieur Macron et qu'il faut cesser les ambiguïtés politiques", a-t-il ainsi lancé.

"Monsieur Wauquiez dit des choses mais ne  veut pas en tirer les conséquences en termes d'alliance politique", a-t-il poursuivi par ailleurs. "Je suis convaincu que ni Monsieur Wauquiez, ni Madame Le Pen, ni moi-même, ne gagneront seuls face à Macron et Mélenchon. Je demande l'union sur un programme commun. Quand je lis les tract de de Monsieur Wauquiez, j'ai le sentiment que c'est exactement ce que je propose mais quand je vois ses alliances, c'est contradictoire", a-t-il encore insisté.

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview de Nicolas Dupont-Aignan, invité du petit-déjeuner politique