Nicolas Dupont-Aignan : "nous avons des dirigeants, politiques et médiatiques, qui sont des autruches"

Nicolas Dupont-Aignan était l’invité politique de Patrick Roger le 2 septembre sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Nicolas Dupont-Aignan était l’invité politique de Patrick Roger le 2 septembre, jour de rentrée scolaire, sur Sud Radio.

 

Nicolas Dupont-Aignan : "le bac est vidé d'une partie de son sens"

Les réformes de Jean-Michel Blanquer vont-elles dans le bon sens, notamment la réforme du lycée ou la présence de la Marseillaise et du drapeau dans les salles de classe ? "J'ai un regard contrasté. L'état d'esprit pour essayer de mettre fin à l'esprit pédagogiste soixante-huitard qu'a détruit l'école publique va dans le bon sens, estime Nicolas Dupont-Aignan. En revanche, la traduction sur la réforme du lycée et du bac est presque contradictoire. D'un côté, il y a de bonnes intentions, mais je crois au bac comme repère de la société et il est vidé d'une partie de son sens et je pense que c'est inquiétant.

Quant au drapeau, il ne s'agit pas de le mettre simplement, il s'agit d'avoir les conditions d'un pays pour l'aimer, c'est une alchimie, ça ne se décrète pas. Les paroles de la Marseillaise appellent à la défense de la Nation ? On peut continuer à toujours baisser la tête et disparaître, mais il faut apprendre à nos enfants que ce qu'on a hérité de nos parents se défend, s'améliore. Le patriotisme français est d'aimer les siens et de faire partager un idéal".

 

"Nous avons des dirigeants, politiques et médiatiques, qui sont des autruches"

Au sujet de l'attaque au couteau à Villeurbanne samedi 31 août, Nicolas Dupont-Aignan a parlé d'une guerre déclarée à notre civilisation et d'un nouveau fascisme vert. "J'ai été stupéfait une nouvelle fois d'entendre les commentaires. J'ai l'impression que nous avons des dirigeants, politiques et médiatiques, qui sont des autruches. J'ai assisté à un concert d'autruches, tous la tête dans le sable, sans nommer l'islamisme. On est dans un pays qui est dans le déni de réalité. C'est une attaque et il y en a eu des dizaines avec des centaines de morts : à chaque fois c'est le même dispositif et ce sont les mêmes réactions.

C'est toujours le même profil : il y a derrière une idéologie, un islamisme fondamentaliste dangereux, un laxisme migratoire qui permet à des gens dangereux de circuler sur notre sol. Évidemment que tous les étrangers en France ne sont pas des terroristes, mais les premières victimes sont ceux qui sont intégrés dans notre pays et sont assimilés à ça. Je demande qu'on sorte du déni de réalité, qu'on contrôle l'immigration clandestine, qu'on rétablisse nos frontières : les demandes d'asile ont doublé depuis 2009, +22% en 2018, et pire, 80% des demandeurs d'asile refusés restent sur le territoire français. On a des dangers publics qui circulent dans notre pays et qu'on accepte sur notre sol. Il y a des mesures prises dans d'autres pays étrangers de manière à éviter ces dangers publics. Pourquoi quand on le dit, immédiatement les autruches s'agitent dans tous les sens ? Le maire de Villeurbanne ose parler 'd'incident tragique'. Mettez-vous à la place de cette famille, ce gamin de 19 ans...".

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !