Martine Vassal : "je ne voudrais pas que Marseille tombe dans les mains du Front National"

Martine Vassal, présidente LR des Bouches-du-Rhône et de la métropole Aix-Marseille-Provence, candidate à la Mairie de Marseille, était l’invitée du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger, mercredi 25 septembre sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Martine Vassal interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, mercredi 25 septembre à 7h40.

Interrogée par Patrick Roger dans le "Petit déjeuner  politique", Martine Vassal, présidente Les Républicains des Bouches-du-Rhône, s'est félicitée en préambule du retour en arrière du gouvernement sur les réductions d'une aide aux seniors pour les aides à domicile. "C'est une bonne chose, les retraités ont apporté un large tribu au budget national", estime-t-elle. Elle rapporte que dans son département, "beaucoup de personnes âgées n'arrivent pas à s'en sortir, à payer leurs charges, manger. Je pense que maintenant ça suffit de les ponctionner", continue la présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence.

 

Division de la droite à Marseille : "Bruno Gilles a choisi une carrière nationale"

Candidate à la mairie de Marseille pour les prochaines élections municipales en mars 2020, Martine Vassal ne veut pas voir sa ville, "qui a énormément d'atout", "tomber dans les mains du Front National, un parti extrême avec un candidat qui attise les haines". Elle affirme qu'avec la candidature de Stéphane Ravier, "il y a un risque du Front National", et appelle à ce que chacun à droite "prenne ses responsabilités, soit raisonnable, et lorsqu'il n'est pas en position de gagner, laisse celui ou celle qui est en position de gagner".

La droite ne devrait pas partir unie. Bruno Gilles s'est également porté candidat pour siéger sur le Vieux Port. "Il a fait le choix d'une carrière nationale en 2017, quand il fallait choisir entre mandat local ou un mandat national de parlementaire", rappelle amicalement Martine Vassal. Elle l'appelle à "mener un combat important pour notre famille Les Républicains au mois de septembre, le combat sénatorial".

Martine Vassal, elle, "a décidé de faire une carrière locale". "J'ai un bilan au niveau du département, j'ai été élue en 2015. J'ai gagné la métropole l'année dernière" se félicite-t-elle, rappelant les liens "extrêmement forts" entre Métropole et commune. "Quand vous regardez les compétences, l'une ne va pas sans l'autre". Sur la question de savoir si elle accepte d'endosser le rôle d'héritière de Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille depuis 1995, elle répond : "Jean-Claude Gaudin a son bilan, j'ai mon bilan, nous ne sommes pas de la même génération". 

 

PMA pour toutes ? "Je demande un référendum"

Alors que le texte de la loi bioéthique devrait agiter les parlementaires au début de l'automne, Martine Vassal regrette "qu'on n'ait ce débat que quelques semaines". Elle aimerait voir le débat s'ouvrir plutôt que de se réduire et demande même un référendum sur la question, "parce que tous les Français doivent pouvoir se positionner".

Elle ne descendra pas dans la rue, le 6 octobre prochain à Paris, avec le collectif "Marchons Enfants", elle "préfère voter que manifester". Martine Vassal ne voudrais pas que l'on "retombe dans les affres de la gauche contre la droite, comme au moment du Mariage pour tous". 

 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !