single.php

Loi Travail : Robert Hue veut "suspendre le travail parlementaire"

Par Jérémy Jeantet

Le sénateur du Val d'Oise regrette le "ton martial" de l'exécutif, notamment du Premier ministre, à l'égard des syndicats participant au mouvement contre la loi Travail. Il appelle à "suspendre le débat (parlementaire) pour le reprendre démocratiquement et légiférer ensuite".

Invité de l'émission Territoires d'Infos sur Sud Radio et Public Sénat, Robert Hue a réagi aux menaces de l'exécutif d'interdire les manifestations si les violences persistent."Je pense que l'exécutif, le Premier ministre, doivent comprendre que c'est un débat qui n'appelle pas à un ton martial et une démarche visant à aller jusqu'au bout sans discuter, a indiqué le sénateur du Val d'Oise. Je pense que l'autorité se gagne par l'écoute, le dialogue et qu'il faut suspendre le débat pour le reprendre démocratiquement et légiférer ensuite."S'il "condamne les violences d'où qu'elles viennent", Robert Hue veut "apaiser le débat" et pour cela, il met en garde contre les amalgames : "Ceux qui cassent, ceux qui s'en prennent à l'hôpital Necker, ce n'est pas la CGT, ce sont des casseurs patentés. Le Premier ministre, hier, a très rapidement montré du doigt une centrale syndicale. Il n'est pas dans son rôle de faire ça. C'est une erreur, attention que ça ne devienne pas une faute."

"Mélenchon, ce n'est pas un homme nouveau"

Le président du mouvement des progressistes est également revenu sur la candidature, pour son mouvement, de Sébastien Nadot, à l'élection présidentielle de 2017 : "Nous avons désigné un candidat à la présidence de la République, Sébastien Nadot, qui est un homme de Toulouse et qui est quelqu'un qui est de la vraie vie, qui n'a pas appartenu au PC ou au PS."Une candidature qui va dans le sens de son livre Laissez la place, un appel qu'il entend bien appliquer à titre personnel et qu'il lance également à Jean-Luc Mélenchon, qui dépasserait François Hollande au premier tour d'après les derniers sondages : "Mélenchon était déjà là avant, il était ministre de Jospin, il a même soutenu François Mitterrand sur le 'Oui' à Maastricht. Ce n'est pas un homme nouveau. Il faut mettre des hommes nouveaux, des visages nouveaux, c'est ce que je propose et je le fais sans démagogie parce que je me l'applique à moi-même."Regardez l'interview de Robert Hue, député du Val d'Oise, président du mouvement des progressistes et ancien secrétaire national du Parti communiste, invité de l'émission Territoires d'Infos sur Sud Radio et Public Sénat

L'info en continu
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/