Le regard libre d'Élisabeth Levy - Ziad Takieddine retire ses accusations contre Nicolas Sarkozy

Une enquête est toujours en cours sur le soupçon de financement par Kadhafi de la campagne de 2007. On parle de plusieurs dizaines de millions d'euros. Elle a été ouverte en 2013 après des articles dans Mediapart reprenant des allégations d’un clan libyen, qui accuse aussi Tony Blair. En 2016, Takieddine, homme de trafics d’influence, […]

Tous les matins à 8h15, le regard libre d'Elisabeth Lévy dans le Grand Matin Sud Radio.

Une enquête est toujours en cours sur le soupçon de financement par Kadhafi de la campagne de 2007. On parle de plusieurs dizaines de millions d'euros. Elle a été ouverte en 2013 après des articles dans Mediapart reprenant des allégations d’un clan libyen, qui accuse aussi Tony Blair.

En 2016, Takieddine, homme de trafics d’influence, affirme chez le juge Tournaire puis face caméra pour Mediapart, avoir lui-même transporté 5 Millions d'euros. Depuis, il est condamné dans l’affaire Karachi et est en fuite au Liban où il se rétracte dans une interview filmée par Paris Match. 

Peut-on croire un homme aux abois ? 

Pas plus aujourd’hui qu’hier. Ziad Takieddine n'a aucune crédibilité. Or, après que le document initial de Mediapart se soit révélé douteux, le témoignage de Takieddine était central pour l’accusation. Contredite par le bon sens: en 2011, Sarkozy a ordonné le bombardement sur la Libye. Si Kadhafi avait eu un moyen de se venger, inimaginable qu’il n’ait rien fait. 

Bref, aucune preuve à l’appui du scandale politique feuilletonné depuis 7 ans. Pourtant, il y a eu quatre mises en examen dont, la dernière, pour "association de malfaiteurs". Après quatre jours d’interrogatoire, dont 3 auraient porté sur les accusations de Takieddine. Si scandale il y a, il est judiciaire et médiatique. 

Vous ne pouvez pas accuser la Justice et les médias

Au moins un juge, Serge Tournaire, et un média, Mediapart. Difficile de ne pas penser qu’ils veulent se payer Sarko. Tournaire qui a passé la main sur ce dossier a été l’officier-traitant de la droite. Il y a aucune preuve qu’il rencardait les journalistes mais tout ce qui se passait dans son bureau (en tout cas tout ce qui accusait l’ancien président) se retrouvait sur le site de Plenel. Journalisme d’investigation qui fait rêver les reporters en herbe repose souvent sur l’investigation des autres. 

La publication de bouts de PV a accrédité dans l’opinion l’idée que Sarko était coupable. Et cela a peut-être contribué à empêcher son retour en politique. 

Donc, les juges ne devraient pas enquêter sur les politiques ?

Si, à condition que le secret de l’instruction soit respecté. Instruction à ciel ouvert : cela devient une chasse aux sorcières politiques. Quant à Mediapart, il devrait nous épargner ses leçons de déontologie. En 2016, Fabrice Arfi qualifiait David Pujadas de patron de la post-vérité en France pour n’avoir pas assez parlé des accusations de Ziad Takieddine. 

On attend donc que le site d’Edwy Plenel, champion de la vérité vraie, donne l’écho mérité à sa rétractation.