Le maire de Saint-Yzans-de-Médoc ne participera pas au grand débat national

Comme beaucoup d'autres élus, Segundo Cimbron, n'entend pas participer au grand débat national lancé par le gouvernement. "Ni en tant que citoyen, ni en tant que maire".

Non merci. C'est, en résumé, le contenu de la lettre en recommandé envoyée par Segundo Cimbron au président de la République. Ce maire de gauche (il a soutenu Jean-Luc Mélenchon pendant l'élection présidentielle) n'entend pas prendre part aux discussions impulsées par l'exécutif ces deux prochains mois.

"Quand on lance un grand débat et que, derrière, on explique que de toute façon, on ne changera pas le cap de la politique qu'on mène, je me dis qu'on se fiche un peu du monde" lance t-il. "En voulant à tout prix associer les élus locaux à ce débat, à mon avis, il veut nous associer à son échec. Et moi, je ne veux pas rentrer dans ce petit jeu là. J'ai une autre conception de la démocratie, que celle qui consiste à dire: on va parler de tout sauf de l'essentiel!".

"Une petite poignée qui touche des milliards"

Pour cet élu, se pose un problème sur le fond: il n'attend pas de réponse convaincante sur le terrain social, de la part du gouvernement.

"Quand on parle des gilets jaunes, on parle de gens qui ont du mal à se nourrir, à se chauffer." Et de dénoncer les inégalités criantes sur ces terres viticoles du Médoc, riche de ses grands crus classés. "Il y a une petite poignée de gens qui touche des millions, des milliards.... Il faut un peu plus de justice fiscale ! Qu'il n'y ait pas 100 milliards évaporés dans les paradis fiscaux ! On ferme les services qui sont en charge d'aller chercher cet argent là, par contre on va créer 800 emplois pour chercher des poux dans la tête au pauvre type... celui qui gratte 10 ou 50 euros par mois parce qu'il a le RSA pour survivre. C'est parfaitement scandaleux"

Reportage Sud Radio de Christophe Bernard

Les rubriques Sudradio