Joël Giraud : "La 5G, ce n’est pas réservé aux urbains"

Joël Giraud, Secrétaire d'État auprès de la ministre de la Cohésion des territoires, chargé de la Ruralité, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 7 octobre sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Joël Giraud, Secrétaire d'État auprès de la ministre de la Cohésion des territoires, chargé de la Ruralité, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 7 octobre à 7h40.

Emmanuel Macron se rend au chevet des sinistrés, quatre jours après que la tempête Alex se soit abattue sur les Alpes-Maritimes. Pour Joël Giraud, "l’urgence est d'avoir sous 45 jours une évaluation de ces dégâts puis mettre en marche un mécanisme de solidarité pour cofinancer tout ce qui n’est pas assurable". Le secrétaire d'État auprès de la ministre de la Cohésion des territoires, chargé de la Ruralité, précise que "l’état de catastrophe naturelle concerne les biens assurables".

Sur place, le bilan matériel est effrayant. "Les ouvrages représentent quelque chose d’important. Des ponts ancestraux ont disparu", témoigne le membre du gouvernement. "Cela pose surtout des questions sur l’évolution du climat", juge Joël Giraud, dénonçant des "bêtises" avec les PLU sur des zones de lotissement neufs inondés. "On peut comprendre qu’on revoie des règles", estime-t-il. Néanmoins, dans le cas de l'arrière-pays niçois, la situation est différente. "Ce sont des maisons très anciennes qui ont été emportées", rapporte le secrétaire d'État.

 

"Se méfier des chevaliers blancs"

L'Assemblée nationale a voté pour la réintroduction du néonicotinoïdes, mardi 6 octobre. Un insecticide destiné à sauver la filière betteravière. "J’aurais voté la réintroduction temporaire", confie Joël Giraud qui se justifie : "Je n’ai pas envie que demain on ait exclusivement de la betterave importée au motif que l’on aurait tué une filière chez nous". Le secrétaire d'État appelle tout de même à ce que "la recherche progresse" et à "se méfier des chevaliers blancs".

"Oui à des politiques locales, plus locales que globales", affirme Joël Giraud qui nuance en affirmant qu'il faut "nourrir les gens et éviter que des groupes de pressions s’emparent des choses". Le secrétaire d'État précise également que la betterave que l’on mange "a été récupérée avant la floraison", et donc "ne concerne pas la filière abeille."

 

"Ce ne sont pas les ruraux contre les urbains"

Les habitants des zones rurales se sentent parfois oubliés ou exclus de la politique d'Emmanuel Macron. Joël Giraud assure qu'ils ne le sont pas en témoigne "les 180 mesures de l’ agenda rural"Le secrétaire d'État refuse de voir une dualité "des ruraux contre les urbains" et milite en priorité pour qu'il y ait "un correspondant ruralité, pour voir comment adapter la politique publique". "On vit sur les services publics de papa. On ne va plus à la trésorerie, on est quelquefois très loin des services publics", déplore-t-il. C'est pour cette raison que les maisons France Service se multiplient sur le territoire, afin de regrouper "les services utiles au territoire"

Si la 5G est loin de faire l'unanimité, principalement dans les territoires ruraux, Joël Giraud se concentre avant tout sur l'accélération du déploiement de la fibre et de la 4G. "Nous avons déjà mis 500 millions d'euros", souligne-t-il. "La priorité est de finir le réseau 4G dans l’ensemble des territoires", rappelle l'ancien membre du Parti radical de gauche. "Tous les jours, je vois des gens n’ayant ni la fibre ni le téléphone mobile", déplore le secrétaire d'État, chargé de la ruralité. "La 5G, ce n’est pas réservé aux urbains, c’est fait pour envoyer des choses volumineuses", rappelle-t-il en assurant qu'il y aura "du déploiement de la 5G là où il y aura des gros volumes en milieu rural". 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !